Surveillance de l'état des ponts : 17 projets sélectionnés

Numérique - BIM | 23.04.21
Partager sur :
Surveillance de l'état des ponts : 17 projets sélectionnés - Batiweb
En décembre 2020, le Cerema lançait un appel à projets pour trouver des innovations permettant de surveiller l'état des ponts. Quatre mois plus tard, le ministère des Transports a dévoilé les 17 projets retenus. Ces derniers font la part belle à l'intelligence artificielle et aux capteurs autonomes.

En juin 2019, près d'un an après l'effondrement du pont de Gênes, un rapport sénatorial s'inquiétait du manque d'informations sur les ponts en France et estimait à environ 25 000 le nombre de ponts routiers français présentant un danger pour la sécurité, dont 18 à 20 % appartenant à des communes ou intercommunalités. Les sénateurs avaient alors réclamé un « plan Marshall » pour les ponts doté d'1,3 milliard d'euros sur dix ans.

 

En décembre dernier, le gouvernement annonçait donc 40 millions d'euros d'ingénierie pour aider les petites communes à recenser et à évaluer l'état de leurs ponts, notamment grâce à un « carnet de santé » de leurs ponts. Les communes intéressées ayant jusqu'au 30 avril pour déposer leur candidature.

 

La réalisation du recensement et de l'expertise sera pilotée par le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité, et l'aménagement (Cerema), établissement public de l'Etat disposant d'une expertise dans ce domaine, aidé par des bureaux d'études privés répartis sur l'ensemble du territoire.

 

Mettre à profit les nouvelles technologies

 

Le Cerema avait dans la foulée annoncé le lancement d'un appel à projets « Ponts connectés » visant à utiliser les dernières innovations en matière d'intelligence artificielle et de traitement des données, en plus des méthodes classiques d'inspection visuelle.

 

« Les dernières innovations en matière d'instrumentation offrent de nouvelles perspectives aux gestionnaires, plus pratiques, plus performantes et moins coûteuses. Les objets connectés, l'intelligence artificielle, le big data, le data mining représentent des solutions d'avenir pour détecter et automatiser le relevé des défauts sur les ponts, peser en marche les véhicules et mieux contrôler la réglementation, capitaliser des données en temps réel et alerter les gestionnaires à bon escient, construire des jumeaux numériques et mieux anticiper les signes de dégradation, les impacts du changement climatique etc. », souligne le Cerema. 

 

A l'issue de cet appel à projets, 39 candidatures ont été reçues puis départagées par un jury d'experts. Jean-Baptiste Djebarri, ministre délégué aux Transports a donc dévoilé ce vendredi les 17 projets retenus à l'occasion d'une visite au viaduc de Millau, dans l'Aveyron.

 

Les solutions retenues font bien la part belle à l'intelligence artificielle, aux algorithmes et aux capteurs autonomes, ne nécessitant pas de câblage des ponts. Les lauréats installeront des démonstrateurs sur certains ouvrages, et les technologies pourront être déployées à plus grande échelle si elles fonctionnent bien.

 

En tout, ces expérimentations devraient coûter 8 millions d'euros, dont la moitié financée par l'Etat.

 

Pour retrouver la liste des lauréats et leur projet, c'est ici.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Partenariat entre Bouygues Immobilier et la start-up Spacemaker - Batiweb

Partenariat entre Bouygues Immobilier et la start-up Spacemaker

Nathalie Watine, directrice générale Transformation Digitale et Innovation de Bouygues, et Håvard Haukeland, co-fondateur et PDG de Spacemaker, ont signé un partenariat ce lundi 13 janvier. Grâce à cet accord, Bouygues utilisera la technologie de Spacemaker, qui permet aux architectes et promoteurs d’optimiser le potentiel constructif d’un terrain.
Matériels connectés : « la révolution n’est pas encore arrivée » - Batiweb

Matériels connectés : « la révolution n’est pas encore arrivée »

Si l’intelligence artificielle et le recours à des robots semblent non loin de notre quotidien, le secteur du BTP a pour sa part du mal à entamer sa digitalisation. Olivier Pagès, l’un des fondateurs de l’entreprise FFLY4U, souhaite faire parler le matériel de l’industrie et du bâtiment pour gérer les surcoûts et simplifier le suivi et l’organisation des chantiers.