2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir Vie des sociétés | 19.12.18

Partager sur :
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir
La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.
2018 aura été une bonne année pour le bâtiment, comme l'a précisé Jacques Chanut, président de la FFB, lors d'une conférence de presse ce mercredi 19 décembre. Il a en revanche alerté sur une baisse de la croissance à venir en 2019. « Les carnets de commandes se maintiendront les 6 premiers mois, puis on assistera très probablement à une baisse de l’activité les 6 derniers mois », a-t-il annoncé.

Un bilan 2018 positif

Après une belle croissance de 4,9% en nombre d’opérations dans le bâtiment en 2017, l'activité ralentit un peu et s'affiche à 2,3% à l'issue de cette année. La construction reste néanmoins un secteur très dynamique et les carnets de commande sont à un haut niveau au dernier trimestre, aux environs de 6 mois de production.

L’emploi est également en hausse avec 30 000 postes crées, soit une hausse de 2,6%. Un résultat qui aurait pu être supérieur s’il n’y avait pas eu des difficultés de recrutement, regrette la FFB. Jacques Chanut a ainsi rappelé qu’« 1 artisan sur 2 affirme avoir des difficultés à recruter, tous secteurs confondus ».

Concernant le segment de l’amélioration-entretien, 2018 a connu une petite hausse de 0,8%. La FFB se félicite de la réintroduction du remplacement des fenêtres à simple vitrage dans le CITE. Grâce à cette réintégration, pour laquelle la FFB avait fortement milité, le marché devrait progresser de 0,5% sur l’année à venir.

Moins positif : les mises en chantier de logement reculent de près de 6% en 2018. Une baisse qui devrait s’accélérer en 2019, pour atteindre -7%.

La FFB souligne que les entreprises du bâtiment ont souffert cette année d’une « modeste hausse des prix ne permettant pas de compenser la progression plus rapide des coûts, notamment des matériaux, des salaires et de l’énergie », avec « des trésoreries et des marges qui peinent à se redresser ». En effet, si la hausse de prix du bâtiment est estimée à +1,5%, celle des coûts monte à +2,5%.

Toutefois, la dynamique de création d’entreprises dans le secteur de la construction progresse de 11%.

Les exigences de la FFB pour éviter un retour de la crise

L’année 2019 sera marquée par « la fin d’un cycle de croissance », prévient Jacques Chanut. Il annonce ainsi une baisse d’activité de l’ordre de 4,5% en 2019, ce qui n'a pas eu lieu depuis 2015. La FFB table également sur une baisse des emplois créés, qui devraient passer de 30 000 nouveaux postes en 2018 à 5 000 en 2019.

Concernant la taxation du GNR (Gazole Non Routier), le président de la FFB a remercié les gilets jaunes pour leur poids dans la décision du gouvernement de la suspendre, qui n’aurait pas eu lieu sans leur intervention, appelant toutefois au calme. Il a rappelé le sentiment d’injustice qu’avait suscité cette mesure. « Pourquoi le BTP et pas l’agriculture ? », s’est de nouveau demandé Jacques Chanut, qui a également évoqué la nécessité pour les entreprises du bâtiment de trouver des alternatives futures à ce GNR. Le président de la FFB a également fait un appel du pied aux fabricants de matériel de TP, pour la mise sur la marché d'engins plus « écologiques ».

« Mais la crise n'est pas inévitable » dit Jacques Chanut. Pour la FFB, il faut maintenant se concentrer sur le logement et la relance du PTZ (Prêt à taux zéro). « C'est là où le PTZ a été rogné le plus qu'il y a eu un effondrement du marché », a insisté J. Chanut, demandant à l’exécutif de rétablir les conditions dans lesquelles s’appliquait cette aide avant les décisions gouvernementales de l’an dernier. La FFB réclame ainsi « le retour à une quotité de 40% sur les zones B2 et C et à une prorogation du dispositif jusque fin 2021, comme c’est le cas en zones A et B1 ».

En plus de la réintégration des fenêtres dans le CITE, la FFB salue « le lancement effectif de l’opération "Action cœur de ville", et la création, pour les périmètres bénéficiant d’une Opération de revitalisation du territoire (ORT) du dispositif "Denormandie ancien" en faveur de l’investissement locatif privé avec gros travaux », qui « devrait permettre un surcroît d’activité et la remise au goût du jour de centres-villes ».

Claire Lemonnier

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

2017 aura décidément été une année dynamique pour le secteur du BTP ! La Fédération française du bâtiment (FFB) revenait ce 19 décembre sur la reprise observée tout au long de ces douze derniers mois, saluant l’accélération de l’activité. Néanmoins, l’organisme redoute désormais les effets néfastes que pourraient avoir les récentes mesures gouvernementales envisagées ou adoptées sur le marché en 2018.
Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

C’est sans grand étonnement que la Fédération française du bâtiment (FFB) présentait ce 19 mars le point conjoncture relatif au secteur de la construction. De fait, les prévisions de l’organisme semblent s’être réalisées : bien que le niveau d’activité des professionnels se maintienne à un niveau élevé, les indicateurs du marché du logement neuf sont plutôt inquiétants quant aux mois à venir. Le bilan.
Progression de l’artisanat du BTP l’an dernier, avant de possibles difficultés en 2019

Progression de l’artisanat du BTP l’an dernier, avant de possibles difficultés en 2019

Après avoir présenté ses vœux pour 2019 puis signé une convention visant à développer la charte ‘’Artisan Engagé Déchets’’, le président de la Capeb Patrick Liébus organisait ce 22 janvier un nouveau point conjoncture relatif au 4e trimestre 2018. L’occasion d’apprendre que l’activité globale des artisans du BTP a progressé de +2,0% sur les trois derniers mois connus, pour une hausse annuelle qui s’établit finalement à +2,5%. La prudence est cependant de mise pour l’année à venir.
2014, année noire pour le Bâtiment... mais après ?

2014, année noire pour le Bâtiment... mais après ?

D'après les données rendues publiques, ce mardi, par la FFB, l'année 2014 aura été particulièrement douloureuse pour le secteur dont l'activité recule de 4,3 %, bien loin des prévisions escomptées par les professionnels qui tablaient sur une baisse de 0,4 %. Si la Fédération ne croit pas à une reprise en 2015, elle estime toutefois que le plan de relance du gouvernement permettra d'atteindre 304 000 mises en chantier, contre une chute à 287 000 anticipée sans ces mesures. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter