Air pollué dans les ERP, la Métropole du Grand Paris entre en action Vie des sociétés | 01.04.19

Partager sur :
L’association Respire a publié, le 27 mars dernier, un rapport sur la pollution de l’air dans les écoles en Ile-de-France. Sur les 12 520 établissements franciliens, 682 étaient exposés à des niveaux de pollution de l’air dépassant les normes légales de dioxyde d’azote (NO2). Parmi les recommandations de l’organisme, étendre et intensifier des zones à faibles émissions (ZFE) ; un appel entendu par la Métropole du Grand Paris, qui lance ce jour une consultation publique.

L’association Respire dresse pour la première fois un état des lieux détaillé de la pollution de l’air à proximité des établissements scolaires en Ile-de-France, une étude qui repose sur l’analyse de plus de 100 millions de données fournies par Airparif.

Sur les 12 520 établissements scolaires franciliens, en 2017, 682 présentaient des niveaux de pollution de l’air dépassant les normes légales (soit 40µg/m3) de NO2. Concernant les particules, un seul établissement dépassait les seuils légaux de PM10 et aucun ne dépassait les seuils de PM2,5.

Malgré ce constat, l’organisme note que le nombre d’établissements dépassant les seuils de pollution aux NO2 « a été divisé par deux à Paris », est passé de 8,9% à 3,6% en petite couronne et de 0,7% à 0,2% en grande couronne. Les concentrations de particules (PM10 et PM2,5) « chutent dans des proportions similaires ».

Pour améliorer la qualité de l’air dans les établissements recevant du public, Respire formule une série de recommandations. Elle préconise de créer une voie « verte » sur les autoroutes urbaines (pour le covoiturage par exemple) ; de mener des mesures locales à proximité immédiate des établissements ; de renforcer la mesure de la qualité de l’air à l’intérieur des écoles ; ou encore de redéfinir les seuils de pollution en fonction des recommandations de l’OMS.

Créer des ZFE

L’association estime aussi nécessaire d’étendre et intensifier les zones à faibles émissions (ZFE). C’est d’ailleurs pour répondre à cet appel que la Métropole du Grand Paris lance ce jour une consultation publique. L’objectif, encourager « tous les Métropolitains concernés par la qualité de l’air et la santé publique à s’exprimer afin d’agir en vue d’améliorer durablement la qualité de l’air ».

La MGP souligne en effet que « le croisement de la localisation des ERP avec les cartes de concentration de NO2 sur l’ensemble de la Métropole permet de mettre en évidence que le niveau d’exposition à la pollution est très fortement corrélé à la distance à un axe routier important tel que l’autoroute A86 ».

« Accepter plus longtemps encore que la pollution de l’air nuise à la santé de nos concitoyens et en premier lieu de nos enfants serait faire preuve d’irresponsabilité », déclare Patrick Ollier, président de la Métropole.

La Métropole du Grand Paris a ainsi décidé de mettre en place progressivement une ZFE qui réduit la circulation des véhicules les plus polluants à l’intérieur de l’A86, à commencer par les véhicules Crit’Air 5 et non classés quelle que soit leur motorisation dès le 1er juillet 2019.

« Dès la première étape de la mise en œuvre de la ZFE, le nombre d’établissements Recevant du Public soumis à un dépassement diminuerait de 6%, soit près de 70 établissements protégés », avance la MGP.

Pour participer à la consultation, rendez-vous ici. Pour les contributions écrites, des registres seront également disponibles à l’hôtel de ville de la commune concernée.

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

IGIENAIR combat la mauvaise qualité de l'air dans les ERP

IGIENAIR combat la mauvaise qualité de l'air dans les ERP

La loi Grenelle II a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air dans certains ERP, une obligation actuellement en vigueur dans les établissements accueillant des enfants de moins de six ans ainsi que dans les écoles élémentaires. Alors que nous passons plus de 80% de notre temps dans des endroits clos, de nombreuses études ont démontré que les sources d’émissions de substances polluantes sont nombreuses dans les bâtiments. Comment agir ? Le point avec Jean-Guillaume Pastel, Responsable National Audit Contrôle et Conseil au sein d’IGIENAIR.
Qualité de l’air : 14 feuilles de route sont publiées

Qualité de l’air : 14 feuilles de route sont publiées

Nicolas Hulot a annoncé ce vendredi la publication de 14 feuilles de route sur la pollution de l’air, élaborées depuis plusieurs mois par les préfets de région en lien avec les acteurs locaux. Elles portent sur une série d’actions permettant de limiter à court terme la pollution atmosphérique dans tous les domaines d’activité dont le logement et le BTP. Précisions.
Berges de Seine : la piétonnisation rallonge le temps de transport

Berges de Seine : la piétonnisation rallonge le temps de transport

Le projet de piétonnisation des berges de Seine n’a décidément pas fini de faire parler ! Déjà en mars 2016, Les Républicains faisaient part de leur inquiétude quant aux conséquences de l’initiative lancée par Anne Hidalgo : fermeture de voies de circulation, pollution, nuisances sonores… À raison, à en croire un rapport d’étape commandé par la Région Île-de-France, qui note que le temps de transport le soir a été très nettement allongé.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter