Construction de logements : la chute ralentit Vie des sociétés | 28.11.18

Partager sur :
Depuis le début de l’année, le secteur de la construction connaît une baisse de son activité, un recul qui concerne tout particulièrement les permis de construire de logements (- 6,4% sur les douze derniers mois). La situation semble néanmoins se stabiliser. Selon les derniers chiffres du ministère de la Cohésion des territoires publiés ce jour, logements autorisés et commencés ont atténué leur déclin.
Les chiffres de la construction publiés ce mercredi par le ministère de la Cohésion des territoires fait état d’une (très) légère amélioration. En effet, entre août et octobre 2018, les permis de construire ont nettement ralenti leur recul (+ 1,4% par rapport au trois mois précédents après - 2,1%). Les logements individuels « rebondissent » (+ 4% après - 4,2%) et la baisse des logements collectifs « s’atténue » (- 0,2% vs - 0,8%).

Bien sûr, par rapport à la même période l’an dernier, le résultat est moins reluisant: les logements autorisés se sont élevés à 122 400 unités à fin octobre 2018, soit un recul de - 5,9% par rapport à 2017.

Concernant les mises en chantier, elles ont fléchi d’août à octobre 2018 (-3,6%) après une légère augmentation précédemment (+ 0,6%): « l’individuel poursuit sa baisse (- 2,3%) » tandis que le collectif, y compris en résidence se replie (- 4,4% après + 3,5%).

Ainsi de novembre 2017 à octobre 2018, avec 470 600 logements, les autorisations à la construction ont diminué de - 6,4% par rapport aux douze mois précédents. Malgré la baisse des trois derniers mois, les mises en chantier progressent (+ 1,2%) sur douze mois cumulés pour s’établir à 419 500 unités.

Dans le détail, durant cette période, les logements individuels autorisés et commencés baissent respectivement de - 4,2% et - 1,5%. Concernant le collectif, les autorisations diminuent de - 7,7% et les mises en chantier augmentent de + 3,2%.

Au mois d’octobre, le taux d’annulation moyen sur les trois derniers mois des permis de construire est de 11,4% vs 10,7% en janvier 2018. Il reste cependant « inférieur à sa moyenne de longue durée (12,2% d’octobre 2009 à octobre 2018) », note le ministère.

Le délai moyen d’ouverture de chantier sur les trois derniers mois des logements individuels est de 5,4 mois (contre 5,1 en janvier). Dans le collectif, il est de 11,1 mois, en légère progression. Mais il reste proche de sa moyenne de longue période (11,3 mois).    

Les conséquences du rabotage des aides

Les acteurs du marché se réfèrent à de multiples raisons pour expliquer la baisse de l’activité. Le monde du logement social souligne que les économies demandées par le gouvernement, à hauteur de 1,5 milliard d’euros par an, n’encouragent pas les projets. Les promoteurs mettent l’accent sur la frilosité des élus locaux à l’approche des élections de 2020. Chez les constructeurs de maisons, c’est le rabotage des aides, comme le prêt à taux zéro (PTZ), qui est particulièrement évoqué.

Il faudra maintenant patienter pour évaluer l’impact des différentes mesures prises par le gouvernement sur la construction. Promulguée le 27 novembre, la loi Elan doit par exemple venir « simplifier les normes, améliorer l’accès au logement, soutenir la rénovation des bâtiments et accompagner les collectivités dans la redynamisation de leurs territoires ».

La loi pour un Etat au service d’une société de confiance (ESSOC) a instauré le « permis de faire ». Elle prévoit aussi « la réécriture complète des règles de construction pour passer d’une logique actuelle prescriptive de moyens à une logique d’obligation de résultats exigeants », selon un communique du ministère. Des mesures qui permettront « de libérer l’innovation dans la construction aujourd’hui contrainte par un cadre réglementaire figé en métropole comme en outre-mer ».

Le Gouvernement réussira-t-il enfin à créer un choc de l’offre de logements ?

R.C (avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia    
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Comme annoncé en décembre dernier par la Fédération française du bâtiment (FFB), l’année 2019 devrait être marquée par « la fin d’un cycle de croissance » dans la construction. Les derniers chiffres ministériels viennent confirmer une tendance désormais bien engagée : alors que les permis de construire sont restés stables entre septembre et novembre 2018, les mises en chantier ont accéléré leur chute. Détails.
Partage et convivialité pour le 3e séminaire technique LCA-FFB organisé à Athènes

Partage et convivialité pour le 3e séminaire technique LCA-FFB organisé à Athènes

Du 22 au 25 novembre dernier, LCA-FFB a organisé son 3e séminaire technique à Athènes, l’occasion de revenir sur l’actualité du secteur de la construction et de la promotion immobilière et de remettre les Trophées du Challenge de l’Habitat Innovant. La rédaction de Batiweb a tenu à participer à cet événement riche en échanges. Ces quelques jours nous ont non seulement permis de découvrir des projets plus innovants les uns que les autres mais également de rêver à un monde plus durable.
Construction : les permis de construire de nouveau en baisse

Construction : les permis de construire de nouveau en baisse

Après une stabilisation au second trimestre, les permis de construire ont repris leur déclin avec -0,8 % entre mai et juillet par rapport aux trois mois précédents, selon les chiffres du Ministère de la Cohésion des territoires. Un recul qui revient s’inscrire dans la tendance générale engagée depuis plus d’un an et demi.
Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Le recentrage des aides publiques en faveur du logement aura fortement impacté le marché de la maison individuelle. Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 14 février, Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, a indiqué que 2018 avait enregistré l’un des plus mauvais scores de ces 15 dernières années. Les ventes ont notamment reculé de – 11,3% dans le secteur diffus, descendant sous la barre des 120 000 unités. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter