Échafaudages hors-norme pour la Dame de Fer

Vie des sociétés | 18.02.13
Partager sur :
Échafaudages hors-norme pour la Dame de Fer - Batiweb
Layher et Bateg (Vinci) s'attèlent actuellement à la rénovation du premier étage de la Tour Eiffel. Et déploient des tonnes d'échafaudages et d'ingéniosité pour opérer en site occupé.

Le chantier de réaménagement du premier étage de la Tour Eiffel a démarré en avril 2012. Afin d'installer les échafaudages prévus en sous-face, des filets en tri-maille ont été déployés. Ceux-ci permettent de retenir toutes tailles d'objets, du boulon au tube d'étai. En effet, avec sept millions de visiteurs par an, une fermeture du site n'était pas envisageable. C'est donc au dessus des interminables queues de touristes qu'opèrent les équipes Bateg (groupe Vinci) et Layher.

L'échafaudeur est un grand habitué des lieux. Il y installe ses équipements depuis sa création en 1981. « Cela  a été notre premier chantier. Depuis, il y a toujours eu des échafaudages Layher sur la Tour Eiffel », confirme Eric Limasset, son président. La structure historique de la Tour ne pouvant subir aucune intervention, les échafaudages y sont « crapotés », c'est à dire fixés avec un ingénieux système de pinces. A 57 mètres du sol, l'installation doit être précise, d'autant que la tour se déforme avec le vent et les variations de températures.

Plancher et garde-corps vitrés

Outre les filets tri-maille et les crapauds, deux plateformes bi-mat élévatrices ont été installées. Leurs deux moteurs scrupuleusement synchronisés permettent d'apporter le matériel du rez-de-chaussée au premier étage. Ici d'autres équipes s'activent pour la construction des nouveaux pavillons dessinés par l'agence Moatti-Rivière. « Ils sont inclinés comme la tour et déclinent une double courbure, concave en haut et convexe en bas, avec un vitrage courbe, isolant et transparent », note Jean-Pierre Baron, conducteur des travaux pour Bateg (Vinci).

A terme les travaux prévus pour s'achever fin 2013 devraient permettre de désengorger le troisième étage de la tour, régulièrement saturé. La SETE (Société d'exploitation de la Tour Eiffel) a en effet réfléchi à la façon de rendre plus attractif le 1er étage, un espace de près de 5000 m2. Une partie du plancher et les garde-corps vont être vitrés. De quoi rendre complète l'expérience d'une vue à 360° sur la capitale.

Laurent Perrin

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Layher innove sur le chantier de l’Ecole militaire - Batiweb

Layher innove sur le chantier de l’Ecole militaire

Mandatée pour restaurer les façades et les toitures du bâtiment 38 de l’Ecole Militaire, l’entreprise Dubocq a fait appel à Layher pour la partie échafaudage (étude, suivi technique, livraison). Située dans le 7ème arrondissement, l’Ecole Militaire est un ensemble de bâtiments, construit sous Louis XV, abritant diverses structures d'enseignement militaire.
Vaux-le-Vicomte : défi technique pour les échafaudages - Batiweb

Vaux-le-Vicomte : défi technique pour les échafaudages

Un mois a été nécessaire au bureau d’étude LAYHER pour trouver LA réponse à ce défi : la réfection de la couverture du château de Vaux-le-Vicomte. Cette solution très technique a offert à UTB la possibilité de travailler directement sur le dôme, sans que les échafaudages n’entrent en contact avec celui-ci.
1000 tonnes d’échafaudage pour la rénovation d’un site BNF - Batiweb

1000 tonnes d’échafaudage pour la rénovation d’un site BNF

Long de 174 m pour une largeur de 93 m, le Quadrilatère Richelieu fait actuellement l’objet d’une restauration qui a commencé en novembre 2011 et se terminera en 2017. Le chantier représente 58.000 m2, qui ont été divisé en deux tranches, de manière à ce que le site puisse rester ouvert au public durant toute la période des travaux.