Filière pollueur-payeur : le bâtiment réclame une alternative à la REP Vie des sociétés | 03.12.19

Partager sur :
La FFB, la Capeb, l’Unicem, la FNBM, Federec, et d’autres organismes, ont publié ce mardi 3 décembre une tribune demandant au gouvernement de réintroduire l’idée d’un système alternatif à la responsabilité élargie du producteur (REP) dans le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. La REP risquerait en effet de faire augmenter le coût des matériaux de construction de 8 à 10 % et de provoquer un surcoût de 2 milliards d'euros par an pour la filière du bâtiment.

Alors que le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire examiné à l’Assemblée nationale a entériné le principe d’une REP vendredi 29 novembre, la filière du bâtiment a publié une tribune ce mardi 3 décembre pour réclamer un délai supplémentaire leur permettant de réfléchir, avec l’Ademe, à une alternative à la responsabilité élargie du producteur (REP). Ce système risquerait, selon la Fédération Française du Bâtiment (FFB), de coûter deux milliards d’euros supplémentaires au secteur du bâtiment.

 

La FFB ajoute, dans un communiqué publié ce mardi 3 décembre et signé par de nombreuses autres fédérations comme la Capeb, l’Unicem, la FNBM ou Federec, que l’impact économique d’un tel système n’a pas été évalué et qu’il risquerait de faire augmenter le prix des matériaux de construction de 8 à 10 %.

 

« Ce serait insupportable pour les maîtres d’ouvrage, et en totale contradiction avec la volonté des pouvoirs publics de diminuer les coûts de la construction », se sont offusqués les signataires.

 

Ces derniers ont rappelé qu’en l’absence d’évaluation de l’impact économique, il avait été convenu qu’ils pourraient proposer un système alternatif « dont ils étudieraient la faisabilité en lien avec l’étude de l’Ademe ».

 

La filière du bâtiment veut poursuivre ses recherches

 

Ils annoncent avoir déjà entrepris des travaux et demandent à les poursuivre en lien avec l’étude de l’Ademe, mais regrettent que la possibilité de proposer un système équivalent ait été retirée du projet de loi. « La filière demande donc sa réintégration », insistent-ils.

 

Dans cette tribune, les signataires proposent également de consacrer une enveloppe financière à ce futur système, qui permettrait de renforcer le maillage des points de reprise, de mettre en place un système de traçabilité, de lutter contre les décharges sauvages, et de participer à la reprise gratuite de certains déchets triés.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
Économie circulaire : les professionnels du bâtiment se mobilisent

Économie circulaire : les professionnels du bâtiment se mobilisent

14 acteurs des filières Bâtiment et Déchets vont débuter, le 4 décembre prochain, une étude visant à proposer aux pouvoirs publics, des scénarios pour une meilleure valorisation des déchets issus des chantiers de construction. L’initiative, qui s’inscrit dans le cadre de la feuille de route économie circulaire (FREC) doit notamment venir soutenir le développement des filières de réemploi et de recyclage et contribuer à l’objectif de zéro « dépôts sauvages ».
Projet de loi anti-gaspillage : « La REP pourrait coûter 2 milliards d’euros par an au bâtiment » alerte la FFB

Projet de loi anti-gaspillage : « La REP pourrait coûter 2 milliards d’euros par an au bâtiment » alerte la FFB

Alors que le projet de loi anti-gaspillage doit être examiné au Sénat, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a souhaité rappelé l’engagement, mais aussi les points de désaccords de la filière du bâtiment, parmi lesquels l’instauration d’un système de Responsabilité Elargie au Producteur (REP), qui risquerait de « coûter près de 2 milliards d’euros par an » au secteur. « Une facture qui impacterait de facto les coûts de la construction », ajoute la fédération dans un communiqué.
En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

Avec une croissance de 2%, l’année 2017 a été « satisfaisante » pour la majorité des entreprises de tri, a annoncé, mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le bâtiment fait partie des bons élèves, le volume de déchets collectés ayant lui aussi augmenté de 2% pour atteindre 40 millions de tonnes. 2019 devrait cependant être « très agitée ». En effet, l’idée d’une « REP Bâtiment » inquiète toujours autant les professionnels du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter