Le Lyon-Turin bientôt débattu au Sénat Vie des sociétés | 18.03.19

Partager sur :
Le Lyon-Turin bientôt débattu au Sénat
Alors que le gouvernement italien peine encore à se mettre d’accord sur le Lyon-Turin, c’est en France que sera prochainement débattu le projet de ligne ferroviaire censé relier les deux villes. En effet, celui-ci fait partie intégrante du projet de Loi d’Orientation des mobilités, qui sera examiné dès ce mardi 19 mars au Sénat. Le point.

Décrié en Italie mais soutenu par le gouvernement français, le Lyon-Turin passera très bientôt devant le Sénat dans le cadre de l’examen du projet de Loi d’Orientation des mobilités (LOM). Débattu à partir du 19 mars, le texte vise à définir le programme des investissements de l’État en faveur des infrastructures de transports, comme l’a rappelé la Transalpine Lyon-Turin ce dimanche 17.

Pour rappel, les travaux de la liaison ferroviaire, à l’instar d’autres projets majeurs, avaient été stoppés à l’été 2017, peu après l’élection d’Emmanuel Macron. Pour des raisons financières, ce dernier avait demandé à ce que plusieurs grands chantiers soient suspendus pour mieux les évaluer.

Pour autant, pas question pour l’exécutif de renoncer à cette ligne transfrontalière. Le Lyon-Turin a ainsi bien sa place dans la LOM, bien que des précisions relatives à la programmation des voies d’accès françaises au tunnel se fassent encore attendre. Des sénateurs ont d’ailleurs déjà déposé des amendements réclamant plus d’informations.
 

Quand les politiques s’en mêlent


En attendant, de nombreux politiques se sont récemment exprimés au sujet de la liaison ferroviaire censée relier la France et l’Italie. « Evidemment qu’il faut faire le Lyon-Turin et on ne lâchera pas sur ce dossier dont la Région [Auvergne-Rhône-Alpes] est un des gros financeurs », a notamment déclaré Laurent Wauquiez, président de Les Républicains, au micro de BFM et RMC Info le 14 mars.

« Il faut raisonner à long terme », a estimé, de son côté, l’eurodéputée Sylvie Guillaume, également vice-présidente du Parlement européen. « Comme le tunnel sous la Manche, cette ligne mettra quelques décennies avant de permettra un retour sur investissements. Ce type d’échéance pose problème si on a les yeux braqués sur un bilan comptable… ou sur les prochaines élections. »

Plus modéré, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a quant à lui appelé le gouvernement italien à prendre ses responsabilités. « C’est un chantier dont j’entends parler depuis 15 ans », a-t-il rappelé sur France Info le 12 mars dernier.
 

La procédure d’appel d’offres pour les travaux du tunnel enfin lancée !

Autre « étape positive dans l’intérêt du projet », selon les termes de la ministre des Transports Elisabeth Borne, le maître d’ouvrage TELT a annoncé ce 18 mars le lancement de la procédure d’appels d’offres concernant la poursuite des travaux du tunnel qui accueillera la ligne ferroviaire. Trois lots sont ainsi concernés, pour un montant global de 2,3 milliards d’euros. Les cahiers des charges transmis aux entreprises retenues feront néanmoins l’objet d’une validation par la France et l’Italie, qui « devront trancher de manière définitive sur la poursuite du chantier », comme l’indique la Transalpine Lyon-Turin.


F.C
Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pas de suspension d’activité pour la ligne ferroviaire Lyon-Turin

Pas de suspension d’activité pour la ligne ferroviaire Lyon-Turin

Elisabeth Borne, ministre des Transports, a confirmé mercredi dernier la mise en pause du projet de liaison ferroviaire entre Lyon et Turin, conformément aux attentes du président de la République. En effet, ce dernier avait demandé au gouvernement, pour des raisons financières, de suspendre les grands chantiers pour les évaluer plus précisément. Pour autant, la société franco-italienne TELT, en charge de la réalisation de l’ouvrage, se veut rassurante.
Conflits et contradictions autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin

Conflits et contradictions autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin

Le torchon brûle plus que jamais entre la France et l’Italie à propos du Lyon-Turin ! La ligne ferroviaire s’est de nouveau retrouvée au cœur de conflits qui n’en finissent plus. Si le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio a assuré dimanche dernier que la liaison « ne se fera[it] pas », la ministre française en charge des Transports Elisabeth Borne, elle, s’est dite « confiante » quant à la réalisation du projet. Les détails.
Projet ferroviaire Lyon-Turin : le gouvernement italien fait machine arrière

Projet ferroviaire Lyon-Turin : le gouvernement italien fait machine arrière

Vendredi dernier, le gouvernement italien se divisait autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) réclamant un arrêt du projet dans les prochains mois, alors que la Ligue (extrême droite) demande sa poursuite. Fin mai, ce sujet avait déjà divisé les deux camps lors de la préparation de leur programme commun. Le point.
La Loi d’orientation des mobilités, une réponse au Grand débat qui fait la part belle aux infrastructures oubliées

La Loi d’orientation des mobilités, une réponse au Grand débat qui fait la part belle aux infrastructures oubliées

Examiné depuis le 19 mars au Sénat, le projet de Loi d’orientation des mobilités (LOM) vise notamment à « remettre en état notre système de transports », comme l’avait rappelé la ministre des Transports Elisabeth Borne au lancement des débats. Un objectif qui répond, d’une part, aux besoins évoqués dans le cadre du Grand débat national, et d’autre part à la nécessité de remettre au goût du jour des infrastructures jusque-là oubliées. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter