Les travailleurs indépendants soutenus par une aide financière

Vie des sociétés | 15.04.20
Partager sur :
Les travailleurs indépendants soutenus par une aide financière - Batiweb
Les travailleurs indépendants, en difficultés pendant la crise liée au Covid-19, voient leur activité menacée par l’absence de revenus, et l’accumulation de charges, toutes reportées mais devant tout de même être versées. Le gouvernement et le Conseil de la Protection Sociale des Travailleurs Indépendants (CPSTI) ont donc adopté la création d’une aide exceptionnelle pour tous les travailleurs indépendants.

Elle est celle que les travailleurs indépendants redoutent, mais aussi celle que tous voient se rapprocher. La faillite est redoutée par bon nombre de travailleurs indépendants, forcés de stopper leur activité avec la crise liée au Covid-19. Le gouvernement a doncé annoncé la création d’un fonds de solidarité, avec une aide défiscalisée pouvant aller jusqu’à 1 500 €, et réservée pour les entrepreneurs de petites entreprises et aux indépendants, dans le but d'éviter les faillites.

 

Cette aide bienvenue est pourtant décrite comme insuffisante par une majorité d’entrepreneurs interrogés, puisque 1 500 € ne pourront pas aider à payer à la fois le loyer, les charges, les salaires, le matériel et parfois les crédit. Un poids économique qui étouffe les indépendants, écrasant leur chance de pouvoir réouvrir lors du déconfinement progessif pour le moment annoncé à partir du 11 mai. Le CPSTI (Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants) a donc mis en place, ce vendredi 10 avril, une aide exceptionnelle à hauteur d’un milliard d’euros, en provenance des réserves financières du régime complémentaire des indépendants, et validée par Bruno Le Maire, Olivier Véran, Gérard Darmanin, ainsi que le Premier ministre Edouard Philippe.

 

Comment en bénéficier ? 

 

Cette aide d’un montant maximal de 1 250 € sera aussi distribuée nette d’impôt et de cotisations sociales. Les travailleurs indépendants comme les artisans n’auront pour en bénéficier, aucune démarche à effectuer, puisque le versement sera automatique en fonction de la situation de chacun.

 

L’aide sera automatiquement octroyée au mois d’avril à tous les cotisants au RCI (Retraite Complémentaire des Indépendants), sous plusieurs conditions : 

  • l’entreprise doit être en activité au 15 mars 2020,
  • elle doit être immatriculée depuis au moins le 1er janvier 2019,
  • elle sera accordée « dans la limite des cotisations versées en 2018 par le bénéficiaire »

 

Dans un communiqué, le gouvernement annonce que cette aide est cumulable avec les autres dispositifs d’aide créés pour lutter contre la crise comme : « le report automatique de paiement des cotisations sociales pour les mois de mars et avril, l’aide du fonds de solidarité, le recours au chômage partiel pour les salariés, la possibilité de solliciter un prêt bancaire garanti par l’État et le versement d’indemnités journalières en cas d’impossibilité de poursuivre son activité pour cause de garde d’enfant ou en raison d’une situation de vulnérabilité particulière vis-à-vis du Covid-19 ».

 

Une initiative saluée par la FFB

 

Premièrement applaudie par les ministres de l’Économie, de la Santé et de l’Action et des Comptes Publics avant d’être votée, la proposition du CPSTI a également été saluée par le Fédération Française du Bâtiment (FFB), qui se réjouit de cette aide « enfin accordée aux indépendants ». Jacques Chanut, actuel président de la FFB - qui sera remplacé en juin prochain par son successeur Olivier Salleron - se félicite de ce mouvement solidaire : « Dans une période de grande incertitude pour nombre d’artisans qui ne bénéficient d’aucun dispositif de maintien de leur revenu, cette aide est un véritable ballon d’oxygène. Nous nous félicitions que les pouvoirs publics aient validé les propositions que nous avons formulées »

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les soutiens de la Clause Molière s’expriment - Batiweb

Les soutiens de la Clause Molière s’expriment

Adoptée par les conseils régionaux d’Île de France et d’Auvergne Rhône Alpes, la clause Molière impose le recours à la langue française sur les chantiers dont la région est maître d’œuvre, ceci afin de lutter contre le travail détaché et d’améliorer les conditions de sécurité. Si cette clause s’est très vite retrouvée contestée par nombre de politiciens et de syndicats, elle possède aussi ses soutiens, notamment auprès de Jacques Chanut, dirigeant de la FFB, et Patrick Liébus, de la CAPEB.
Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord - Batiweb

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.
Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre - Batiweb

Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

En juin dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, annonçait une remise à plat des aides à la rénovation énergétique des bâtiments. Il confirmait notamment la transformation du CITE en une aide « plus massive ». Deux mois plus tard, où en est-on ? Le montant de la prime, les modalités d’attribution et le périmètre des travaux font l’objet d’une concertation, précise le ministère de la transition écologique. Il faudra donc encore patienter pour connaître les contours du nouveau dispositif.