Fermer

Reconfinement : la Capeb demande des précisions au gouvernement

Si les professionnels du bâtiment ont explicitement été enjoints à poursuivre leur activité dans le discours de reconfinement prononcé par Emmanuel Macron datant du 28 octobre dernier, un certain flou plane encore selon la Capeb, qui demande au gouvernement plusieurs éclaircissements concernant certaines situations, notamment pour ne pas exposer les professionnels du bâtiment et leurs clients à des amendes.
Publié le 05 novembre 2020

Partager : 

Reconfinement : la Capeb demande des précisions au gouvernement - Batiweb

Alors que les professionnels du bâtiment ont l'autorisation de poursuivre leur activité malgré les mesures de reconfinement, Jean-Christophe Repon, président de la Capeb, annonce avoir adressé un courrier aux ministres de l'Economie et du Travail, et à ceux chargés du Logement et des PME, « afin de leur demander de clarifier rapidement certaines mesures et de lever les freins qui entravent la poursuite de l'activité dans l'artisanat du bâtiment ». Selon lui, certaines incompréhensions auraient en effet été remontées par les Capeb départementales.

 

« Nous rappelons la nécessité de disposer de positions officielles qui permettent d'appliquer les dispositions gouvernementales de la même manière sur tout le territoire national. Sans positions officielles, il y a risque d'iniquité territoriale ou d'interprétations. Ce risque est souvent la source de grandes insatisfactions et de mécontentements, dans un contexte déjà fragilisé par de fortes incertitudes », poursuit Jean-Christophe Repon.

 

Des incertitudes concernant les déplacements

 

La Capeb réclame notamment des éclaircissements concernant les déplacements, demandant de permettre aux clients - qu'ils soient particuliers ou professionnels - de pouvoir se déplacer pour pouvoir suivre ou réceptionner leurs chantiers. Mais aussi de confirmer que les déplacements inter-régionaux sont bien possibles pour les professionnels munis d'une attestation de déplacement professionnel. Dans le cas des travailleurs non salariés, la Capeb demande à ce que ces derniers n'aient pas besoin de renouveler leur autorisation de déplacement tous les jours. 

 

Du point du vue de la poursuite d'activité, la Capeb demande au gouvernement d'autoriser explicitement les professionnels du bâtiment à assurer leurs rendez-vous commerciaux auprès de leurs clients. La confédération réclame aussi que les professionnels du bâtiment puissent accueillir du public - dans le respect des gestes barrières - pour assurer la vente d'installations liées au bâtiment tels que des chauffages, des poêles à bois, des fenêtres ou des peintures.

 

Parmi les autres demandes : l'autorisation explicite d'accueillir les stagiaires et apprentis du BTP.

 

Pour permettre aux professionnels du BTP de se restaurer dans de bonnes conditions et non pas uniquement en extérieur, la Capeb demande également d'autoriser les restaurateurs, mairies et CFA volontaires à accueillir ces salariés pour qu'ils puissent déjeuner dans le respect des règles sanitaires.

 

… et le maintien des aides financières

 

Enfin, d'un point de vue financier, la Capeb réclame que les entreprises du bâtiment contraintes de réduire ou de stopper leur activité (refus de clients, cas de Covid-19...) aient accès au dispositif de chômage partiel. Elle demande aussi au gouvernement de lui confirmer que le fonds de solidarité reste bien ouvert aux entreprises du bâtiment, ainsi que le droit aux exonérations et reports de cotisations sociales pour les employeurs et travailleurs indépendants.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : CCCA-BTP

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.