Retards de paiement : le BTP français plutôt bon élève Vie des sociétés | 03.09.13

Partager sur :
Les retards de paiement sont au plus haut depuis trois ans, dépassant les 14 jours, lestés par l’Italie (20 jours) et le Portugal (33 jours) où ils dérapent fortement. En France, ils se réduisent timidement à 12 jours. Le BTP fait figure de bon élève avec un retard moyen estimé à 10 jours, selon une étude Altares sur les retards de paiement dans les entreprises françaises et européennes.

En moyenne, les entreprises européennes règlent leurs fournisseurs 14,3 jours après la date d’échéance des factures. C’est le plus mauvais chiffre depuis le premier trimestre 2010 (14,4 jours) loin du niveau d’avant-crise (12,5 jours), annonce Altares, qui publie une étude sur les retards de paiement dans les entreprises françaises et européennes. 

Seules 41,6 % des entreprises européennes règlent leurs factures à l’échéance contre 42,4 % trois mois plus tôt. en outre, le taux de retards supérieurs à 30 jours dérape : 9,5 % des entreprises européennes ont reporté leurs paiements d’au moins 30 jours contre 9,1 % sur le premier trimestre 2013. Le cap des 10 %, atteint fin 2008, semble se rapprocher.

Une moyenne lestée par le Portugal et l’Italie

Depuis le 2ème trimestre 2012, les délais de paiement des entreprises italiennes n’ont cessé de s’allonger : ils étaient de 15,3 jours l’an dernier sur la même période contre 20,3 ce trimestre. Le Portugal surfe sur des records historiques à 32,9 jours, soit 7 jours de plus qu’au début 2012. La situation s’améliore toutefois en Espagne puisque les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18,3 jours, le meilleur chiffre depuis quatre ans.

L’Allemagne est la plus vertueuse des pays européens en matière de délais de règlements fournisseurs, rappelant ainsi que le respect des dates de facture est un facteur de développement économique et non un frein. sur ce deuxième trimestre 2013, plus des 3/4 des entreprises allemandes (76,2 %) payent leurs fournisseurs sans retard voire en avance. Le retard moyen constaté (environ 6 jours) est deux fois inférieur à celui constaté en France.

La situation s’améliore un peu en France

En France, bien que les reports de paiement baissent légèrement à 12 jours, seules 31,7 % des entreprises payent leurs fournisseurs sans retard. 36,7 % des entreprises françaises décalent leurs paiements de quelques jours (moins de 15 jours), c’est un record en Europe.

Les entreprises de taille Intermédiaire (etI) et Grandes entreprises (Ge) tardent toujours à régler leurs fournisseurs et sous-traitants : 90,8 % sont en retard sur ce trimestre.

L’immobilier (22,7 % des entreprises payent sans retard), les services informatiques & édition de logiciels (29,8%), l’élevage (36,7 %), et l’administration (35,2 %) peinent à respecter les échéances ce deuxième trimestre.

La construction : le bon élève français

Pour le secteur de la construction (Bâtiment + Immobilier) on compte 40% de paiements sans retard, 32% de retards inférieurs à 15 jours, 22% de retards compris entre 15 et 30 jours, et moins de 5% de retards supérieurs à un mois. En moyenne les retards pour ce secteur sont de 10 jours, ce qui en fait un bon élève comparé aux autres secteurs.

L.P

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La France « championne d’Europe » des petits retards de paiement - Batiweb

La France « championne d’Europe » des petits retards de paiement

Altares, acteur de premier plan de la Data Economy, présente son étude sur les comportements de paiement des entreprises en France et en Europe au 3e trimestre 2015. La France reste l’un des champions des petits retards avec une moyenne de 13,2 jours. Le secteur privé moyenne 12,4 jours chez les petits entrepreneurs et 14,7 jours chez les ETI-GE. Côté secteur public, on compte 16,6 jours de retard dans l’administration de l’Etat et près de 19 jours dans les grandes collectivités locales.
Le stress, véritable point noir du BTP (enquête) - Batiweb

Le stress, véritable point noir du BTP (enquête)

Carton rouge pour les dirigeants des entreprises du secteur de la construction ! D’après une étude récemment publiée par ADP, spécialiste de la gestion RH, 94% des salariés du BTP européens seraient stressés entre une fois par jour et une fois par mois. Pire encore, un patron sur deux serait moyennement, voire pas du tout, concerné par le bien-être mental de ses employés. Décryptage.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter