Sept milliards d’euros pour sécuriser et moderniser les ascenseurs français

Vie des sociétés | 15.04.10
Partager sur :
Sept milliards d’euros pour sécuriser et moderniser les ascenseurs français - Batiweb
Avec le parc le plus ancien d’Europe, le marché des ascenseurs français a de nombreux défis à relever : atteindre le risque zéro, remplacer les très vieux appareils et moderniser les autres. La Fédération des Ascenseurs donnait hier sa conférence annuelle à Paris Malesherbes.

Avec 50% d’appareils âgés de plus de 25 ans et un quart âgé de plus de 40 ans, le parc français des ascenseurs est le plus vieux d’Europe ! C’est, avec 500.000 appareils (dont 450.000 accessibles aux personnes) le 4ème parc européen en quantité, derrière l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Mais surtout, c’est l’habitat social – alors qu’il ne pèse que 10% du parc total – qui souffre le plus. Avec 85% d’appareils âgés de plus de vingt ans et 70% âgés de plus de trente ans, le parc social des ascenseurs français est plus ancien encore que la moyenne.

Dans le secteur résidentiel privé (qui représente 50% du total, soit 250.000 machines), on compte en moyenne un ascenseur pour 40 logements (avec une à deux personnes par logements) quand l’habitat social se contente (pour en moyenne six personnes par logements) d’un seul ascenseur pour 80 logements ! Du coup, le social compte six fois plus de trafic que le privé et engrange forcément plus de pannes.

Responsabilités

Mais au-delà des chiffres, la Fédération des Ascenseurs (FA) tient à souligner les bienfaits de la loi SAE (Sécurité des ascenseurs existants) qui porte sur trois types de mesures : mise en sécurité, renforcement de l’obligation d’entretien (90% du parc traité à fin 2009) et création (c’est une nouveauté) d’une obligation de contrôle technique tous les cinq ans (juste après la mise en sécurité). Premiers effets positifs : il n’y a eu aucun accident mortel depuis celui de juin 2008. Et en 2009 le nombre d’accidents usagers (500) et de techniciens de maintenance (420) a globalement diminué de 20%.

Avec l’échéance du 31 décembre 2010 (fin de la TVA à 5,5% sur les travaux d’entretien/rénovation), les différents acteurs concernés vont devoir prendre leurs responsabilités, rappelle la FA. "Le prestataire de maintenance (l’ascensoriste) se doit de prévenir le client sur la mise en évidence des risques et d’estimer le coût des travaux, le responsable de syndic doit informer la copropriété et porter les travaux à l’ordre du jour, et enfin le propriétaire doit prendre la décision de faire réaliser les travaux", explique Jean-Luc Detavernier, délégué général de la Fédération.

Entre la mise en sécurité et les travaux de modernisation (à ne pas confondre), le coût des travaux à l’échelle nationale est d’environ sept milliards d’euros sur treize ans. La Fédération des Ascenseurs rassure donc, il y a encore, dans sa branche, beaucoup de boulot pour tout le monde !

Laurent Perrin

L'ascenseur le plus rapide :

Le constructeur sud-coréen Hyundai Elevator a indiqué hier qu'il allait lancer prochainement sur le marché l'ascenseur le plus rapide au monde. Celui-ci sera capable de monter les étages à une vitesse de 1.080 mètres à la minute. Il est actuellement testé dans une tour dédiée de 206 m de haut que Hyundai possède à Séoul. La demande pour les ascenseurs à grande vitesse est en forte hausse car de plus en plus d'immeubles de plus de 100 m de haut se construisent à travers le monde. - L.P (AFP)

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet