Dix ans de garantie pour le poêle à bois Vie pratique | 14.09.18

Partager sur :
Dix ans de garantie pour le poêle à bois
Pour la Cour de cassation, le poêle à bois peut être considéré comme un « ouvrage ». Par là même, ce mode de chauffage peut donc bénéficier d’une garantie de dix ans. Éclairage avec l’exemple d’une famille dont les équipements ne chauffaient pas suffisamment l’habitat.
Un poêle à bois peut être un "ouvrage" et, à ce titre, bénéficier d'une garantie de dix ans.

Son installation ne relève sans doute pas des travaux importants qui définissent habituellement un "ouvrage", selon la Cour de cassation, mais son rôle éventuellement indispensable peut lui donner cette importance capitale.

Si le poêle ne remplit pas son office de chauffage correct de l'habitation, il peut rendre celle-ci inhabitable, c'est à dire "impropre à sa destination", ce qui est l'exigence légale de l'application d'une responsabilité décennale.

Une famille se plaignait que le poêle acquis ne chauffait pas suffisamment la maison, contrairement à ce qu'avait promis le vendeur. Mais ce dernier rejetait toute idée de responsabilité décennale en expliquant d'une part qu'un installateur de poêle ne figure pas dans la liste des constructeurs d'"ouvrage" donnée par le code civil et d'autre part que l'installation d'un poêle n'est pas un travail suffisamment important, ni indissociablement lié à la maison, pour être qualifié d'"ouvrage".

Ces arguments sont justes, a tranché la Cour, mais il n'empêche que la défaillance du système de chauffage peut rendre "l'ensemble de la maison impropre à sa destination" et qu'à ce titre, il peut être soumis à la responsabilité décennale de l'installateur.

Cette responsabilité "dommage-ouvrage" est un avantage important pour le client qui, pour obtenir réparation, n'a plus à prouver un défaut dans le travail, un préjudice subi et un lien entre les deux.

(Cass. Civ 3, 12.7.2018, H 17-19.371).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le permis de construire est restrictif

Le permis de construire est restrictif

D’après la Chambre criminelle de la Cour de cassation, la délivrance d’un permis de conduire n’accorde pas nécessairement le droit de modifier le terrain. De fait, son bénéficiaire n’est pas autorisé, par exemple, à rehausser le niveau du sol. Selon la législation en vigueur, il est également nécessaire de faire une nouvelle demande de permis de construire dès lors que la destination du projet change. Éclairage.
Pour reconstruire, il faut toujours un permis

Pour reconstruire, il faut toujours un permis

D’après la Cour de Cassation, l’obtention d’un permis de construire est indispensable, aussi bien pour un projet neuf que pour un bâtiment qui serait reconstruit à l’identique après destruction. Il existe en effet des exceptions au droit de reconstruire, notamment lorsque le bien est situé dans une zone dangereuse. Précisions.
Location brève clandestine, l'amende est juste

Location brève clandestine, l'amende est juste

Alors que la réglementation autour des locations de courte durée type Airbnb tend à se durcir, la Cour de cassation rappelle qu’un bien meublé destiné à l’habitation mais loué de manière répétée pour de courtes durées constitue un changement d’usage dudit logement. De fait, le propriétaire s’expose à une amende qui ne constitue en aucun cas une atteinte à ses droits.
Il est permis de modifier un mur mitoyen

Il est permis de modifier un mur mitoyen

Selon la Cour de cassation, il est tout à fait possible de faire exhausser un mur mitoyen avec un voisin de sa propre initiative. La personne souhaitant engager de tels travaux doit cependant en assurer le financement. C’est également à elle d’effectuer les réparations et l’entretien de la partie surélevée. Les détails de cette législation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter