Fermer

La ville de Paris vise 40 % de logements publics d’ici 2035

Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris, a annoncé ce dimanche que la capitale vise désormais d'atteindre 40 % de logements publics d’ici 2035, dont 30 % de logements sociaux et 10 % de logements intermédiaires, grâce à la révision du PLU et à la création d’une nouvelle foncière.
Publié le 07 novembre 2022

Partager : 

La ville de Paris vise 40 % de logements publics d’ici 2035 - Batiweb

Alors qu’au début des années 2000, le maire socialiste Bertrand Delanoë avait fixé 25 % de logements sociaux, cet objectif devrait être atteint d’ici 2025.

La ville de Paris a donc annoncé ce dimanche qu’elle visait désormais 40 % de logements publics d’ici 2035, notamment grâce à la révision du plan local d’urbanisme (PLU) et à la création d’une foncière. Dans le détail, l’objectif est d’atteindre 30 % de logements sociaux et 10 % de logements intermédiaires, c’est-à-dire 20 % en-dessous du prix du marché pour les classes moyennes.

« Il reste des besoins non satisfaits », a estimé Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris. Ce dernier compte ainsi sur la révision du PLU pour insérer une obligation à intégrer une part de logements dans toute nouvelle construction, y compris les bureaux.

« Le seuil n'est pas encore fixé, ce ne sera pas forcément 30 % sur les bureaux », comme pour les logements neufs – une obligation en vigueur depuis 2015 – a-t-il précisé. Mais « tout mètre carré construit à Paris doit nous permettre de faire du logement supplémentaire », a-t-il estimé.

Pour rappel, depuis une dizaine d’années, la capitale perd en moyenne 10 000 habitants par an. Il faut dire que les prix y ont explosé, avec un prix moyen au m2 de 10 000 €, et de 1 200 € pour une location de 50 m2.

 

Vers la création d’une foncière pour favoriser le logement social et intermédiaire

 

La ville de Paris prévoit par ailleurs la création d’une foncière dédiée à la transformation d’immeubles en logements sociaux et abordables, et ce « dès 2023 ».

Le rôle de cette foncière sera de « racheter des immeubles de bureaux, garages aériens, hôtels pour les convertir en immeubles de logement locatif, soit sociaux soit abordables », a précisé l’élu communiste.

Depuis 2019, la foncière de la Ville de Paris vise déjà à faciliter l'accession à la propriété des classes moyennes via le bail réel solidaire (BRS), dans le cadre duquel le foncier reste propriété de la foncière.

Pour l’opposant LR Jean-Baptiste Olivier, ces propositions ne contiendraient « rien de nouveau ». Il s’agirait, selon lui, d’une nouvelle foncière de plus pour « maquiller les futures préemptions ».

 

Claire Lemonnier (avec AFP)
Photo de une : Adobe Stock

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.