Ségolène Royal s'engage plus que jamais en faveur de la méthanisation

Développement durable | 27.02.17
Partager sur :
Ségolène Royal s'engage plus que jamais en faveur de la méthanisation - Batiweb
« Le développement de la filière de méthanisation est une priorité de la transition énergétique et de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie », martèle Ségolène Royal. Pourtant, bien qu’en plein développement, le secteur est encore très en retard en regard des objectifs fixés par la loi de transition énergétique. En plein Salon de l’Agriculture, la ministre de l’Environnement a donc tenu à rappeler les actions mises en place pour soutenir les installations de méthanisation.
Il y a quelques jours à peine, GRDF, GRTgaz, le SER, le SPEGNN et TIGF faisaient part du fort développement que connaît le gaz renouvelable en France. En effet, 215 GWh de biométhane ont été injectés aux réseaux en 2016, soit 162% de plus que l’année précédente.

Pour autant, la consommation de gaz renouvelable est bien en-dessous des objectifs fixés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Une situation préoccupante à laquelle Ségolène Royal compte bien remédier.

Des initiatives concrètes

Profitant du Salon de l’Agriculture, qui fermera ses portes le 5 mars prochain, la ministre de l’Environnement a rappelé une série d’actions mises en œuvre afin d’encourager le développement de la filière de méthanisation.

L’arrêté du 30 octobre 2015 avait notamment permis de revaloriser de 10 à 20% le tarif d’achat de l’électricité produite en cogénération par les installations de méthanisation. En janvier dernier, Ségolène Royal avait également annoncé « l’extension de la durée des contrats d’achat de l’électricité produite par ces installations existantes de 15 ans à 20 ans ».

En parallèle, un effort de simplification des procédures a été fourni afin qu’il ne soit désormais plus nécessaire « de disposer du certificat d’identification auprès de l’ADEME pour bénéficier des tarifs ».

Un décret d’application a également été publié en juillet dernier, fixant le seuil de 15% pour l’utilisation des cultures principales. « Le seuil est glissant sur trois ans pour prendre en compte la variabilité des approvisionnements et les aléas climatiques », précise le ministère de l’Environnement.

Encourager toujours plus le développement des EnR

Cependant, Ségolène Royal ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ! La loi ratifiant les ordonnances ''autoconsommation'' et ''énergies renouvelables'' a ainsi été adoptée le 15 février dernier par le Parlement. Cette dernière vise notamment à encourager le développement des EnR en milieu rural grâce à la réduction des coûts de raccordement au réseau électrique.

Par ailleurs, cette nouvelle réglementation prévoit également la mise en place d’un dispositif d’exonérations de taxes et d’un cadre légal ayant pour but de faciliter le développement de l’autoconsommation. Ségolène Royal a d’ailleurs annoncé les 72 premiers lauréats des appels d’offres ''autoconsommation sur les bâtiments industriels, tertiaires et agricoles'' en décembre 2016.

Souhaitant plus que jamais accompagner le développement des énergies renouvelables en milieu agricole, la ministre a lancé bon nombre d’autres appels d’offres, dont le dernier en date sera consacré « aux usages permettant de coupler une production photovoltaïque secondaire à une production agricole principale ».

F.C

Photo de Une : @RoyalSegolene (Twitter)
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

L’Association française du gaz en faveur des EnR - Batiweb

L’Association française du gaz en faveur des EnR

L’Association française du gaz (AFG) a émis ce mardi un livre blanc dans lequel elle énonce 10 propositions au gouvernement afin d’accélérer le développement des énergies renouvelables. En effet, la transition énergétique reste une problématique prioritaire pour l’industrie gazière, prête à adopter des gestes plus respectueux de l’environnement.
« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie - Batiweb

« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

Les initiatives menées par la France pour accélérer sa transition énergétiques sont-elles suffisantes ? Visiblement non, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En effet, si cette dernière a salué les objectifs ambitieux fixés par le gouvernement, elle constate que les investissements dans les énergies vertes manquent encore pour y parvenir. Tour d’horizon des observations émises par l’AIE.
La ville de Grenoble toujours plus impliquée dans la transition énergétique - Batiweb

La ville de Grenoble toujours plus impliquée dans la transition énergétique

En visite à Grenoble le 9 février dernier, Bernard Cazeneuve, Premier Ministre, et Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, se sont rendus au CEA (Commissariat à l’énergie atomique) local où ils ont souligné « l’excellence scientifique française au service de la transition énergétique ». Ségolène Royal a également profité de l’évènement pour lancer un appel d’offres pour le « développement de technologies solaires innovantes ». Les détails de cette journée.
Le Parlement valide un projet de loi en faveur de l’autoconsommation - Batiweb

Le Parlement valide un projet de loi en faveur de l’autoconsommation

Le développement de l’autoconsommation et des énergies renouvelables monte d’un cran alors que le Parlement vient d’adopter un projet de loi relatif à ce sujet. Faisant suite à une proposition de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, cette nouvelle réglementation devrait offrir à la France un cadre légal visant à encourager l’autoconsommation d’électricité au niveau national.