ConnexionS'abonner
Fermer

Crise énergétique : les distributeurs de la construction relèvent le défi

Publié le 30 septembre 2022

Partager : 

A la veille d’un accord européen contre les hausses des prix de l’énergie, le gouvernement français encourage les aides aux entreprises tout en appelant à leur sobriété. La FDMC, représentant professionnel des négoces en matériaux de construction répond à l’appel à travers une feuille de route visant la réduction des consommations dans le secteur.
Crise énergétique : les distributeurs de la construction relèvent le défi - Batiweb

« Nous nous engageons à réduire les prix de l'énergie et protéger notre économie », promettent le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire et son homologue allemand Robert Habeck, en titre d’une tribune co-signée dans les Echos. 

Publiée ce jeudi, la prise de parole prolonge l’alliance entre la France et l’Allemagne face à la crise énergétique et précède le Conseil énergie. Fixée ce vendredi 30 septembre, cette réunion entre les ministres européens de l'Énergie a un objectif : réduire les prix de l’énergie. « Nous devons conjuguer tous les efforts permettant de faire baisser les prix en Europe. Nous appelons à un renforcement de la plateforme énergétique de l'UE comme moyen d'accroître notre pouvoir de négociation. Nous appelons également à des solutions négociées avec nos principaux partenaires gaziers », développent les ministres de l’Economie français et allemand.

Un accord trouvé par l’UE contre les hausses de prix des énergies

 

Un accord a été trouvé ce vendredi matin sur les mesures d’urgence, rapporte franceinfo. Selon un correspondant France Télévisions présent à Bruxelles, l’accord comprend la réduction de la consommation pendant les pics, une contribution solidaire des producteurs d’énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon) et une taxation des profits marginaux qu’ont tiré les énergéticiens des hausses des prix. 

Cette dernière mesure a notamment été proposée par la Commission européenne, que Bruno Le Maire et Robert Haberck ont salué dans leur tribune. Toutefois, les ministres français et allemand de l’Economie demandent à « la Commission européenne d'explorer toutes les autres options susceptibles de faire baisser les prix tout en préservant un approvisionnement énergétique sûr et en évitant une consommation excessive de gaz ». 

Les ministres abondent : « Nous souhaitons également apporter un soutien financier efficace à nos entreprises les plus touchées, notamment les entreprises grandes consommatrices d'énergie exposées à la concurrence internationale, conformément aux règles européennes en matière d'aides d'Etat. Les cadres temporaires de crise actuellement mis en oeuvre au niveau européen sont trop complexes et ne sont donc pas adaptés aux besoins des entreprises confrontées à la crise. Ils doivent être améliorés, étendus et simplifiés de toute urgence par un dispositif beaucoup mieux adapté à la crise ». 

« Soutenir ces entreprises aujourd'hui, c'est empêcher une crise de long terme avec des fermetures, des démantèlements durables et du chômage », appuient-ils. 

La FDMC dévoile son plan de sobriété énergétique 

 

Si Bercy semble tenir au soutien des entreprises touchées par les hausses des prix des énergies, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher encourage en plus leur sobriété.

« Nous avons mobilisé plus de 300 acteurs : les fédérations professionnels de chaque secteur, les organisations syndicales, patronales, les grandes entreprises, les associations environnementales, des énergéticiens, des experts de notre ministère », rappelait l’intéressée lors des annonces du gouvernement mi-septembre sur la crise énergétique.  Les feuilles de route et mesures concrètes de chacun devront être délivrées d’ici début octobre.

La Fédération des Distributeurs de Matériaux de Construction (FDMC) arrive en avance, diffusant ce jeudi 29 septembre son plan de sobriété énergétique. « Les distributeurs de matériaux de construction soutiennent la volonté du gouvernement de mettre en place des actions de sobriété énergétique. La profession prend acte de l’objectif fixé de réduction d’ici à 2024 de 10% de la consommation énergétique par rapport à 2019 », s’engage l’organisation professionnelle, rassemblant 4 300 entreprises, 85 000 collaborateurs répartis sur 5 500 points de vente de la distribution du bâtiment. 

Le plan de sobriété énergétique de ce secteur se déploie en quatre axes : 

  • les points de vente : encourager les audits énergétiques et l’installation d’une gestion technique du bâtiment pour moduler les consommations, informer les bailleurs et exploitants des objectifs du dispositif éco-énergie tertiaire, relamper les locaux, développer le photovoltaïque...

  • les transports : promouvoir l’éco-conduite, optimiser les flux de chargement et des tournées de livraison, verdir les flottes de véhicule, poids lourds et chariots élévateurs...

  • les usages globaux : baisser la température de chauffage à 19°C, déclencher la climatisation à 26°C, diminuer ou éteindre les éclairages extérieurs hors période d’ouverture, éteindre la lumière en sortant d’une pièce et les ordinateurs et imprimantes à la fin de la journée, optimiser les outils bureautiques (vider sa corbeille d’emails, fermer les onglets inutiles), programmer les recharges de batteries en heures creuses, inciter les fermetures automatiques de portes d’accès...
  • l’implication des collaborateurs : nommer un représentant de la sobriété énergétique au sein du négoce, opter pour des mobilités durables (covoiturage, auto-partage, ou encore label employeur pro-vélo, participer à des programmes collectifs d’engagement à la sobriété énergétique...


 

Virginie Kroun 

Photo de Une : Adobe Stock 
 

Sur le même sujet

PAC : tado° tend à réduire la facture

À l’approche du grand froid, la facture énergétique demeure une préoccupation pour les ménages. Ce à quoi répond le spécialiste de la maison connectée tado°, en sortant deux solutions visant à réduire...

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.