Malgré une baisse des émissions de CO2 en 2018, la France encore loin d’atteindre ses objectifs Eco-construction | 19.09.19

Partager sur :
Alors que le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé une baisse de 4,2 % des gaz à effet de serre en 2018, l’Observatoire climat-énergie des ONG Réseau Action Climat et CLER, qui a fait sa propre étude, rappelle que la France reste loin d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés. Les secteurs du bâtiment et des transports font notamment office de mauvais élèves.

Une baisse de 4,2 % des gaz à effet de serre en 2018

 

Pour la première fois depuis 2014, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé de plus de 4 % en 2018, d’après le ministère de la Transition écologique et solidaire. Selon les indicateurs de suivi de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC), elles auraient précisément diminué de 19,3 MtCO2eq, soit -4,2 % par rapport à 2017. Le ministère s’est félicité de cette baisse « d’un ordre de grandeur comparable avec celle projetée dans le scénario de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) », qui vise la neutralité carbone en 2050.

 

« Nous n’avons jamais émis aussi peu de gaz à effet de serre au XXIe siècle » s’est ainsi réjouit le ministre de la Transition écologique et solidaire dans son communiqué.

 

Mais pour l'Observatoire climat-énergie des ONG Réseau Action Climat et CLER, qui a comparé les objectifs définis par la SNBC et ceux de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE), les résultats sont loin d’être satisfaisants. Selon lui, les émissions de gaz à effet de serre resteraient 4,5 % plus élevées que les objectifs que la France s’est fixés.

 

« Le budget carbone 2015-2018 (...) serait dépassé de 3,7% sur l'ensemble de la période », reconnaît le ministère de la Transition écologique et solidaire.

 

Le bâtiment et les transports : les plus mauvais élèves

 

« Les neuf indicateurs principaux sont au rouge », alerte Anne Bringault de Réseau Action Climat.

 

Les deux secteurs les plus mauvais élèves sont le bâtiment et les transports. Les émissions de gaz à effet de serre sont ainsi 14,5 % supérieures aux objectifs dans le secteur du bâtiment, qui représente à lui seul un quart des émissions totales, et de 12,6 % dans les transports.

 

« Pour le bâtiment, nous ne sommes pas du tout sur le rythme des rénovations annoncées », déplore Anne Bringault, qui fait référence au rythme de 500 000 rénovations de logement par an, encore jamais tenu.

 

« Le fret ferroviaire et fluvial sont en train de s'effondrer alors que le fret routier augmente », ajoute-t-elle concernant le secteur des transports.

 

Parmi les autres secteurs dans le rouge : l’agriculture, avec 2,5 % d’émissions de gaz à effet de serre en trop par rapport aux objectifs, et l’industrie, avec +0,6 %.

 

Part d’énergies renouvelables : les objectifs fixés difficilement atteignables

 

Alors que la part des énergies renouvelables est censée atteindre 23 % l’année prochaine, Anne Bringault estime qu’il va être difficile de rattraper le retard avec seulement 16,5 % en 2018.

 

Le Haut conseil pour le climat (HCC) mis en place par Emmanuel Macron avait déjà fait un constat similaire en juin dernier, avertissant que les engagements du pays avaient peu de chance d'être tenus au rythme actuel.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

Abordée, il y a quelques jours, par l’Élysée, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) de la France ont été présentées dans les détails ce 27 novembre par François de Rugy. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a ainsi annoncé les objectifs fixés par le gouvernement afin d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.
Programmation pluriannuelle de l’énergie : le nucléaire maintenu malgré une hausse des renouvelables

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le nucléaire maintenu malgré une hausse des renouvelables

Le tant attendu projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a enfin été publié ce vendredi 25 janvier, avec quelques surprises. En effet, si la France a prévu de porter à 40% la part d’énergies renouvelables dans la production d’électricité à horizon 2030, le nucléaire tiendra malgré tout une place importante dans le mix électrique du pays d’ici là. Les détails.
Feuille de route énergétique : François de Rugy s’engage pour le développement de l’éolien

Feuille de route énergétique : François de Rugy s’engage pour le développement de l’éolien

Toujours en poste après le remaniement ministériel de ce 16 octobre, François de Rugy, à la Transition écologique, est revenu ce mardi sur les objectifs de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Celle-ci doit en effet être prochainement présentée par le gouvernement, en adéquation avec les ambitions de la loi sur la transition énergétique de 2015.
L’élaboration de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie se précise

L’élaboration de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie se précise

Le nouveau « cap sur la transition écologique » du territoire français sera annoncé mardi 27 par Emmanuel Macron, comme l’a fait savoir l’Elysée. Cette allocution sera l’occasion, pour le Président, de revenir sur ses choix en matière d’énergie. Le ministre François de Rugy précisera, par là même, les mesures gouvernementales envisagées dans le cadre de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter