AEML rapatrie ses collier de fixation de plomberie de Chine

Vie des sociétés | 11.10.11
Partager sur :
AEML rapatrie ses collier de fixation de plomberie de Chine  - Batiweb
Afin de rapatrier de Chine la fabrication de ses produits dans les meilleures conditions, l’inventeur du collier de fixation de plomberie à clips AEML a fait appel à l’expertise du Cetim, Institut technologique de mécanique, dans le domaine de l’emboutissage et des outils de simulation numérique.
AEML a inventé un collier de fixation de plomberie à clips. Plutôt que de réduire les effectifs, l’entreprise a décidé, face à la crise, de rapatrier une partie de sa production chinoise dans son usine du Loiret. Une décision accélérée par un constat : fabriqué à Shanghai par sa filiale de distribution Plombelec, son collier Atlas ne cesse d’être copié.
 

Un nouveau brevet

 
Le brevet de cette fixation de plomberie est tombé dans le domaine public. En trouvant une nouvelle fixation dont la conception serait protégée par un brevet et dont la fabrication pourrait se faire en France, AEML fait d’une pierre deux coups. Encore fallait-il trouver comment les produire à Meung-sur-Loire à des prix aussi compétitifs qu’en Chine.
 
Les services R&D et méthodes de l’entreprise se sont attelé à la tâche. Ils ont conçu un tout nouveau collier pour lequel AEML a reçu en 2010 le Trophée régional de l’innovation délivré par l’INPI et dont la ligne de production devrait être opérationnelle d’ici fin 2011. Les vis ont été remplacées par un clip. Le métal utilisé est un acier déjà traité contre la corrosion et autolubrifié.
 

Résistance du matériau


En Chine, la fixation est traitée contre la corrosion en fin de ligne et les machines travaillent sous lubrification, ce qui oblige à dégraisser les colliers avant leur mise en sachet. L’utilisation d’un acier doux électro-zingué revêtu d’un film spécial permet de s’affranchir de la lubrification, du traitement de surface et du dégraissage.
 
Mais, à raison de plus de 100 coups par minute sur les presses d’emboutissage, la résistance du matériau retenu n’était pas établie. « Nous avons demandé au Cetim de nous aider à trouver la matière la plus appropriée. Nous étions partis sur un acier DC01. Il s’est avéré qu’on prenait un risque certain avec la montée en cadence », indique Didier Ozon, responsable méthode d’AEML.
 
LP
Redacteur
La sélection de la semaine
Formation Chef de chantier Bâtiment - Gros œuvre - Batiweb

À la fois technicien et homme de terrain, le Chef de chantier – Gros oeuvre gère les opérations...


PRB propose une nouvelle gamme Responsable & Durable - Batiweb

PRB étoffe sa gamme Responsable & Durable avec de nouvelles références venant compléter ceux...


KIT ADIAPLAY : kit de rafraîchissement adiabatique autonome - Batiweb

Rafraîchisseur d'air autonome, avec diffuseur intégré, prêt à l'emploi. Idéal...

Dossiers partenaires
Eco-mobilier agréé par l’Etat pour le recyclage des produits et matériaux de construction du bâtiment. - Batiweb

Eco-mobilier est agréé par l’Etat pour le recyclage des produits et matériaux de construction non inertes non dangereux,…


Plan de sobriété énergétique, réduction de la consommation… La prise connectée LEDVANCE devient un allié de la chasse au gaspillage énergétique - Batiweb

Réduire de plus de 10 % la consommation d’énergie d’ici deux ans par rapport à 2019 : c’est l’objectif ambitieux que s’e…


Boît’coque : la boîte de réservation économique et pratique - Batiweb

Devenue un véritable indispensable des travaux de plomberie, la boîte de réservation s’adapte aux besoins des plombiers …

information bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb