Fermer

Baromètre ArtiSanté : les artisans du bâtiment toujours aussi surmenés

La 8ème édition du baromètre ArtiSanté montre que la charge de travail a augmenté pour les chefs d’entreprise artisanale du bâtiment en 2021. Ils sont aujourd’hui 23 % à travailler plus de 60 heures par semaine - un pourcentage en hausse de 5 points. Conséquences : plus de la moitié se déclarent stressés, et 34 % ont rencontré des difficultés psychiques (anxiété, burn-out, dépression).
Publié le 17 juin 2022

Partager : 

Baromètre ArtiSanté : les artisans du bâtiment toujours aussi surmenés - Batiweb

Comme chaque année, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), la Chambre Nationale de l’Artisanat des Travaux Publics et du Paysage (CNATP), et le pôle d’innovation IRIS-ST publient les résultats de leur baromètre ArtiSanté, s’intéressant à la santé des artisans du bâtiment.

 

Une charge de travail qui augmente

 

Après une année 2020 marquée par le début de la crise sanitaire, la reprise économique s’est faite en grande trombe, et la charge de travail pour les artisans du bâtiment aussi. La plupart d’entre eux ont d’ailleurs l’impression que le volume de travail a augmenté par rapport à l’avant-crise.

Les chefs d’entreprise artisanale du bâtiment sont aujourd’hui 23 % à travailler plus de 60 heures par semaine, un pourcentage en hausse de 5 points. Dans le détail, la proportion augmente parmi ceux qui emploient 11 à 15 salariés. Ces derniers sont 42 % à déclarer faire plus de 60 heures par semaine, contre 14 % des entrepreneurs travaillant seuls. Il faut dire que la gestion administrative représente 10 à 25 % du temps de travail des chefs d’entreprise comptant plus de 5 salariés.

« La reprise de l’activité dans le bâtiment apporte évidemment de l’optimisme aux chefs d’entreprise mais le contexte actuel très incertain et les contraintes du quotidien ne leur permettent pas de retrouver totalement la sérénité ni de garder le moral. La gestion des tâches administratives continue de peser trop fortement sur les chefs d’entreprise des petites structures », déplore Jean-Christophe Repon, président de la Capeb.

 

Beaucoup de stress et de problèmes de sommeil

 

Outre la charge de travail, le stress est également bien présent, et aggravé dans un contexte économique tendu, avec des difficultés d’approvisionnement et des hausses de prix pour les énergies et les matériaux. Ainsi, 51 % des chef d’entreprise artisanale du bâtiment se déclarent stressés.

Des chefs d'entreprises fatigués. Source : Baromètre ArtiSanté 2022

Près de la moitié déclarent également avoir des problèmes de sommeil et être fatigués. 49 % se réveillent en pleine nuit, 38 % se réveillent précocement le matin sans pouvoir se rendormir, et 22 % ont du mal à s’endormir. Ils sont ainsi 4 % à prendre des médicaments pour dormir, soit 2 points de plus qu’en 2019.

Plus inquiétant encore : 34 % des artisans déclarent avoir été en difficulté psychique (anxiété, burn-out, dépression) au cours de l’année 2021 – un nombre en hausse de 2 points. Or, seule la moitié d’entre eux ont évoqué leurs difficultés à une tierce personne, la plupart du temps pour ne pas inquiéter leur entourage.

Parmi les points positifs : 76 % des artisans se déclarent en bonne santé, avec une baisse des douleurs musculaires. Ils sont également plus nombreux qu’avant à prendre 3 à 6 semaines de congés. Ils sont 33 % à avoir pris maximum deux semaines en 2021, contre 41 % en 2022. Bien que, même en vacances, plus de la moitié consultent tous les jours leurs mails.

 

Claire Lemonnier
Photo de une : Adobe Stock

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.