Des drones qui prennent soin des éoliennes Vie des sociétés | 06.09.19

Partager sur :
Depuis 2017, la start-up française SupAirVision développe des drones qui inspectent les éoliennes pour en assurer la maintenance. Grâce à une technologie développée avec Engie Green France et l’Université de Reims, les drones prennent des photos HD et détectent les défauts internes avec des capteurs qui fonctionnent par thermographie dynamique pulsée. SupAirVision dévoile aujourd’hui sa dernière innovation : des drones capables de repeindre les éoliennes jusqu’à 150 mètres de hauteur, de façon rapide, sécurisée et rentable. Une solution qui pourrait avoir des applications dans l’industrie ou le bâtiment.

Alors que la production d’énergie éolienne représentait 13,5 GW en 2017, et qu’elle devrait presque doubler d’ici 2023 (selon les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie), ce parc éolien doit être surveillé et entretenu.

 

Dans ce contexte de développement de l’éolien, la start-up française SupAirVision propose depuis 2 ans des drones capables d’inspecter les pales d’éoliennes grâce à des photos haute définition, et un capteur de détection des défauts internes par thermographie dynamique pulsée, développé en collaboration avec Engie Green France et l’Université de Reims.

 

Le système reconstitue la pale sur un cloud sécurisé, contrôle les données, et identifie les potentiels problèmes internes. « Cela permet d’avoir une vision précise, en un clic, de l’état des éoliennes et des interventions à programmer », précise la start-up.

 

Des drones pour repeindre les éoliennes plus facilement

 

La start-up présente aujourd’hui sa dernière innovation : un drone qui projette de la peinture pour se substituer aux moyens humains, plus complexes. « Le DroneSpray est la combinaison du développement d’un drone spécifique et d’une peinture sélectionnée, capable de faire face aux contraintes spécifiques des interventions sur éoliennes (vent, perturbations magnétiques etc.) », explique SuperAirVision.

 

Cette innovation permet de réaliser simplement les travaux de peinture en hauteur, jusqu’à 150 mètres, pour peindre la nacelle, le mât et les pales des éoliennes. Ses avantages : une intervention plus rapide, moins dangereuse et plus rentable que les interventions classiques avec une nacelle élévatrice ou un cordiste.

 

SupAirVision souligne que ce service pourrait se développer dans les secteurs de l’industrie ou du bâtiment, puisqu’il permet de peindre des zones difficiles d’accès. L’entreprise propose pour le moment du blanc, du gris clair, du noir, et de l’argent.

 

« Nous sommes heureux de lancer ce service de peinture aérienne, qui constitue une étape supplémentaire à notre démarche d’optimisation des parcs éoliens. La maîtrise de la pulvérisation aérienne est une brique technologique importante pour la maintenance des éoliennes et des pales. Elle a toute sa place dans les solutions d’avenir que nous développons avec les drones éoliens de demain : précis, rapides, sûrs et autonomes ! » se félicite Sébastien Arnould, le fondateur de la start-up.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Appel à candidatures de la CDC pour la recherche en architecture et paysage

Appel à candidatures de la CDC pour la recherche en architecture et paysage

La Caisse des Dépôts (CDC) lance, pour la 4e année consécutive, son appel à candidatures « pour la recherche en architecture et paysage ». L’objectif : que des professionnels de l’architecture et du paysage réfléchissent à des travaux de recherche innovants qui prennent en compte les impératifs écologiques et sociaux. L’initiative est ouverte aux doctorants, enseignants-chercheurs et professionnels jusqu’au 24 mars 2019.
Hager lance un outil d’analyse du comportement énergétique des bâtiments

Hager lance un outil d’analyse du comportement énergétique des bâtiments

Le fabricant de matériel pour installation électrique Hager a profité du salon IBS, qui se tenait à Paris les 6 et 7 novembre derniers, pour mettre en lumière sa dernière innovation. L’industriel franco-allemand a en effet mis au point un écosystème complet grâce auquel il est possible de collecter des données relatives aux compteurs d’énergie des bâtiments, de les centraliser dans un seul outil et de les analyser. Présentation.
GRDF imagine une borne de raccordement multi-fluides

GRDF imagine une borne de raccordement multi-fluides

GRDF réfléchit au déploiement d’une borne de raccordement multi-fluides gaz, eau et électricité. Le concept répond à la volonté de la société de faciliter le quotidien des usagers. Il vise également à soutenir le développement de solutions au gaz naturel et à inscrire pleinement cette énergie dans le mix énergétique français. Les innovateurs sont invités à rejoindre la démarche pour faire du projet une réalité.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter