Fermer

L’artisanat du bâtiment enregistre +2,4 % d’activité en 2022

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) présentait ce mercredi son bilan de l’année 2022, et ses prévisions pour 2023. La confédération estime que l'activité du bâtiment s’est inscrite en hausse de 2,4 % sur l’année 2022, mais prévoit un ralentissement entre -0,5 % et +0,5 % pour 2023, avec la poursuite de l’inflation et une potentielle baisse des demandes de travaux.
Publié le 18 janvier 2023

Partager : 

L’artisanat du bâtiment enregistre +2,4 % d’activité en 2022 - Batiweb

Les chiffres de la Capeb montrent que l’activité des entreprises artisanales du bâtiment s’est inscrite en hausse sur l’ensemble de l’année, avec +2,4 % en volume. Ainsi, 2022 est restée une année dynamique, bien que moins que 2021, qui avait enregistré un rebond à +12,5 % après la crise sanitaire. Par ailleurs, le président de la Capeb souligne que « l’activité n’a cessé de décroître » tout au long de l’année, passant de +3,5 % au premier trimestre à +1 % au quatrième trimestre.

Dans le détail, la croissance d’activité a été tirée par l’entretien-rénovation, avec +2,5 % sur l’ensemble de l’année (dont +3,8 % pour le segment de la rénovation énergétique), contre +1,9 % pour le neuf, pénalisé par la baisse des mises en chantiers.

 

Vers une baisse de la demande en travaux ?

 

Dans un contexte d’inflation, et alors que les ménages risquent de devenir plus prudents sur leurs dépenses, la Capeb anticipe une baisse des demandes de travaux. La perception des entrepreneurs du bâtiment est la même, puisqu’un quart prévoient une baisse de leur activité dans les 6 prochains mois, et ce malgré des carnets de commande encore bien remplis, avec une moyenne de 96 jours. Toutefois, une grande majorité (63 %) anticipent une activité stable. Bilan : la Capeb se montre prudente pour 2023, et prévoit une croissance d’activité entre -0,5 % et +0,5 %.

Évolution de l'activité : les prévisions des artisans du bâtiment. Source : Capeb/Xerfi

Il faut dire que la confédération s’attend encore à une nouvelle hausse des prix des matériaux, estimée à +15 % pour le premier trimestre 2023. Selon les résultats de sa dernière enquête, ces hausses ont été estimée à +27 % entre janvier 2022 et janvier 2023. Ainsi, les dépenses en matériaux représentent désormais 30 % du budget d’une entreprise artisanale du bâtiment.

La hausse généralisée des prix liée à l’inflation arrive d’ailleurs en tête des difficultés rencontrées par les artisans du bâtiment. De fait, ils sont aujourd’hui 92 % à répercuter ces hausses dans leurs devis, alors qu’ils n’étaient que 45 % à le faire en janvier 2022.

Les principales difficultés rencontrées par les artisans. Source : Capeb/Xerfi

Le président de la Capeb a évoqué « des entreprises exténuées par leur quotidien » avec une gestion administrative très lourde.

Pour soutenir les entreprises artisanales du bâtiment, Jean-Christophe Repon a appelé le gouvernement à accélérer la simplification des différents dispositifs (RGE, CEE, MaPrimeRénov’…), la mise en place des « accompagnateurs des pros » promis dans le cadre du programme OSCAR, et à résoudre le problème de l’augmentation des délais de paiement liés à MaPrimeRénov’, estimés à 8 mois.

 

Une demande de report pour la REP et les ZFE

 

Concernant la REP Bâtiment, pour laquelle le paiement des éco-contributions a été décalé au 1er mai, la Capeb a de nouveau appelé à un report, pour une mise en place au 1er janvier 2024.  

« Personne n’est prêt pour mettre la REP en place. Les éco-organismes n’ont eu de cesse de dire qu’ils étaient prêts, et c’est eux-mêmes qui reportent de 5 mois le paiement de l’éco-contribution, de façon unilatérale (…) Vous imaginez la difficulté pour l’artisan de se projeter, et de savoir ce qu’il doit mettre ou pas dans le devis. Est-ce qu’il doit le mettre dès le 1er janvier ou au 1er mai ? Quel sera le prix ? Est-ce qu’il aura un maillage territorial ? À ce jour, on n’a pas ces réponses », a déploré Jean-Christophe Repon, constatant le retard pris concernant les 500 points de collecte qui doivent reprendre gratuitement les déchets.

Le président de la Capeb a également demandé une adaptation du calendrier pour la mise en place des Zones à Faibles Émissions (ZFE), alors que les entreprises du bâtiment n’ont ni le matériel adapté, ni les moyens de financement nécessaires pour adapter leur flotte de véhicules.

Seul point de satisfaction : les annonces concernant la réforme des retraites. La Capeb estime avoir été entendue avec l’U2P. « On ne se satisfait pas du report de l’âge, mais on se satisfait du maintien d’un système par répartition, qui était une condition sine qua non pour faire cette réforme. On avait dit qu’un report de l’âge à 64 ans était acceptable, mais avec quelques éléments majeurs qui préservent notre public, notamment les carrières longues et l’apprentissage. Un autre élément important, c’est l’équité de traitement au niveau des cotisations entre les salariés et les indépendants, et donc l’abattement de 30 % pour les indépendants », a précisé le président de la Capeb, qui s’est également dit satisfait de la prise en compte de l’usure professionnelle, et de l’accompagnement des professions à risques.

 

> Découvrez notre nouveau magazine Batiweb

 

Claire Lemonnier
Photo de une : Jean-Christophe Repon - Capeb
 

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.