Le BIM, un outil au service des bailleurs sociaux ? Vie des sociétés | 11.12.18

Partager sur :
En amont des annonces d’Emmanuel Macron ce 10 décembre, l’Union sociale de l’habitat (USH) est revenue sur l’inquiétante réforme des aides au logement (APL) et celle des HLM, déplorant plusieurs mesures injustes. Pourtant, afin de soutenir les efforts menés par les bailleurs sociaux, la maquette numérique pourrait bien représenter une solution viable. Explications.
Les professionnels du logement social ont dû être bien déçus après le discours, ce 10 décembre, du chef de l’État Emmanuel Macron. L’Union sociale de l’habitat (USH) espérait en effet que le président aborde la baisse des aides au logement, mise en œuvre dès l’été 2017. « Une erreur » selon Jean-Louis Dumont, à la tête de la confédération des bailleurs.

Si le Premier ministre Edouard Philippe avait depuis reconnu qu’il s’agissait d’une « mauvaise décision », le sujet a été totalement passé sous silence par Emmanuel Macron lors de sa tentative d’apaisement des gilets jaunes. De quoi laisser le monde HLM dans un profond désarroi.

« Le moment impose le développement d’une offre supplémentaire de logements sociaux », considérait Jean-Louis Dumont avant le discours du président. « Cela passe par l’abandon de la baisse des aides au logement, dont on mesure aujourd’hui le caractère injuste. »

Au-delà des ménages, les bailleurs étaient eux-mêmes dans le viseur de l’exécutif, car si les APL ont baissé de 5 euros par mois en fin d’année dernière, il a également été demandé aux professionnels du logement social de réduire leurs loyers afin d’économiser 800 millions d’euros cette année.

Sans oublier les autres efforts réclamés aux acteurs du secteur : obligations de diagnostics immobiliers, regroupements de structures, cessions de biens en faveur de l’accession à la propriété, etc.

Gains de temps, d’argent et d’éfficacité

Dans ce contexte, Jérôme Bonnet, directeur du développement BIM chez AC Environnement, propose une alternative innovante. « Longtemps limitée à la seule construction de bâtiments neufs, la maquette numérique et le BIM concernent désormais les patrimoines immobiliers existants », estime-t-il.

« Aujourd’hui, il est possible de scanner les espaces extérieurs, les façades, les parties communes et chaque logement d’un immeuble d’habitation, puis de construire la maquette 3D, en reproduisant exactement le moindre élément de l’édifice, avec un niveau de détail et de précision inégalé », ajoute-t-il.

Selon lui, la maquette numérique permet avant tout aux bailleurs d’accéder à l’ensemble des informations relatives à leur patrimoine, des documents de travaux aux fameux diagnostics immobiliers évoqués précédemment, facilitant par là même la rénovation ou la déconstruction. De quoi garantir, à la fois, un certain gain de temps et une exploitation-maintenance optimisée.

« Les opportunités de maîtrise des coûts et des dépenses d’exploitation sont donc multiples, diverses et plus lisibles grâce au BIM. Encore faut-il respecter quelques conditions sine qua non pour en bénéficier et réussir l’intégration du BIM à sa bonne gestion », conclut Jérôme Bonnet.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Julien Denormandie aux côtés des acteurs du logement social au Congrès de l'USH

Julien Denormandie aux côtés des acteurs du logement social au Congrès de l'USH

Chacun se souvient de l'accueil sous les huées du secrétaire d'État Julien Denormandie au Congrès annuel de l'Union sociale pour l'habitat (USH) l'année dernière. Le bras droit de Jacques Mézard ne s'est cependant pas découragé et s'est rendu ce 11 octobre à la 79e édition de l'événement pour un discours de clôture qui se voulait rassurant. Entre prise de conscience et annonces d'évolutions, retour sur cette prise de parole moins laborieuse qu'en 2017.
Le logement social doit-il s’ouvrir aux capitaux privés ?

Le logement social doit-il s’ouvrir aux capitaux privés ?

Dans une récente étude, l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) dresse un panorama du financement des organismes de logement social. Alors que le secteur a été secoué par de récentes réformes, doit-il s’ouvrir à des capitaux privés ? Les auteurs de l’étude imaginent 4 scénarios parmi lesquels l’octroi d’un mandat de gestion locative sociale à tout acteur respectant un cahier des charges.
La situation financière des bailleurs sociaux est « solide » selon l’ANCOLS

La situation financière des bailleurs sociaux est « solide » selon l’ANCOLS

Dans un nouveau rapport, l’Agence nationale de contrôle du logement social (ANCOLS) évalue l’efficacité et l’efficience des organismes HLM. Il en ressort que le secteur fonctionne plutôt bien. « Un nombre limité d’irrégularités » a été observé et les bailleurs font preuve d’un certain dynamisme. Parmi les points négatifs soulevés, un déficit d’accueil de ménages aux ressources « les plus faibles ».
Baisse des APL, loi Elan… Les bailleurs sociaux devront « se réinventer »

Baisse des APL, loi Elan… Les bailleurs sociaux devront « se réinventer »

Baisse des APL, réorganisation du monde HLM… Les bailleurs sociaux n’auront pas été épargnés cette année. Comment affronter ces réformes ? Une enquête Yougov réalisée pour Smiile, révèle que 77% des bailleurs estiment que le logement social en France doit « se réinventer ». 64% pensent que les changements annoncés vont pousser le secteur à innover davantage. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter