Le Compte Personnel de Formation (CPF), un dispositif encore trop méconnu Vie des sociétés | 27.03.18

Partager sur :
Le compte personnel de formation (CPF) est l’une des mesures phares de la loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle. Alors que le gouvernement a récemment annoncé que son fonctionnement allait être modifié, le dispositif est-il bien compris par les professionnels du BTP ? Si l’on en croît un sondage réalisé par MisterTemp’, la réponse est non. L’enquête révèle en effet que 76% des interrogés n’ont pas connaissance des opportunités offertes par le CPF.
Le 5 mars dernier, la ministre du travail, Muriel Pénicaud a dévoilé les grands axes de la réforme de la formation professionnelle. Le gouvernement a notamment annoncé vouloir modifier le fonctionnement du Compte Personnel de Formation (CPF).

Le CPF sera en effet renforcé : il sera crédité de 500 € par an avec un plafond de 5 000 € sur 10 ans. Les personnes peu ou pas qualifiées pourront cumuler 800 € par an avec un maximum de 8 000 €. Les salariés bénéficieront ainsi d’un capital financier.

Si le plafond est atteint, le CPF pourra être abondé par les entreprises. Les salariés qui ont un projet de formation longue mais ne disposent pas des crédits suffisants sur leur compte pour le financer, pourront également bénéficier d’un système d’abondement après validation d’une commission paritaire.

Pour les salariés en CDD, le compte sera crédité au prorata temporis, le but étant que le CPF soit consolidé « comme un droit personnel garanti collectivement ».

Une application mobile sera par ailleurs mise en place pour que chacun, salarié ou demandeur d’emploi, ait la liberté de choisir sa vie professionnelle.

Un dispositif bien compris par les professionnels ?

Mais si le CPF est en pleine mutation, les professionnels ont-ils réellement conscience des avantages de ce dispositif ?

Une étude réalisée auprès de 170 000 utilisateurs de la base MisterTemp’ révèle que 76% des professionnels du BTP interrogés « ne savent pas tout ce que le CPF leur permet de faire ».

L’infographie suivante souligne notamment qu’ils sont 94% à ne pas savoir que le CPF leur permet de faire des formations à distance. Or, ils sont 71% à déclarer vouloir effectuer une formation professionnelle lors des 12 prochains mois !


41% des sondés souhaitent en effet se former pour se trouver un nouvel emploi (41%), acquérir ou valider des compétences (24%), se reconvertir (12%) ou encore créer leur entreprise (12%).

Comment se former ?

53% des professionnels du BTP interrogés disent vouloir se former mais « ne pas savoir comment s’y prendre ». 81% des interrogés ne savent pas à combien d’heures de formation ils ont le droit. 12% disent en outre ne pas avoir le temps.

Quel rôle pour l’employeur ?

Si les salariés ne savent pas toujours comment accéder à une formation professionnelle, les employeurs ne semblent pas faciliter les choses : ils sont 24% à déclarer que leur employeur ne leur avait pas dit qu’ils avaient droit à des formations. Et dans seulement 12% des cas, c’est l’employeur qui a été à l’initiative de la dernière formation. 

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Formation professionnelle : le CCCA-BTP négocie et signe un accord GPEC inédit

Formation professionnelle : le CCCA-BTP négocie et signe un accord GPEC inédit

Le CCCA-BTP et les organisations syndicales représentatives de salariés ont signé un accord GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) « historique et inédit ». L’objectif, repenser les parcours de formation des collaborateurs des CFA du BTP et les accompagner dans leur montée en compétences pour proposer aux apprenants et aux entreprises une offre de services « élargie et enrichie ».
Emploi : le BTP, premier recruteur en 2019 ?

Emploi : le BTP, premier recruteur en 2019 ?

Malgré les prévisions prudentes formulées par les différents organismes professionnels du BTP, la construction pourrait être le secteur qui recrutera le plus cette année. C’est en tout cas ce qu’affirme le dernier baromètre partagé par MisterTemp’ ce 8 janvier, pour lequel le spécialiste de l’intérim a analysé plus de 12 000 offres d’emploi en novembre dernier. Les détails.
Toujours plus de recrutements d’ascensoristes en 2019

Toujours plus de recrutements d’ascensoristes en 2019

Tout comme l’an passé, la Fédération des Ascenseurs est particulièrement optimiste quant au nombre d’embauches d’ascensoristes prévues pour 2019. 2 500 à 3 000 techniciens devraient en effet être recrutés cette année. Afin de répondre aux besoins du secteur, le syndicat espère tout particulièrement attirer de jeunes candidats, qui peuvent suivre une formation professionnelle auprès d’une quinzaine de lycées français.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter