Le dispositif Pinel mis à mal par la Cour des Comptes, la Fédération des promoteurs immobiliers à la rescousse Vie des sociétés | 13.04.18

Partager sur :
Il y a quelques jours, la Cour des comptes publiait un nouveau rapport cinglant. Dans son viseur : les aides en faveur de l'investissement locatif, et en particulier le dispositif Pinel, qui seraient à la fois trop coûteuses et peu efficaces. Des constats qui ne seraient pas toujours avérés, d'après la Fédération des promoteurs immobiliers, qui considère de son côté que le Pinel « remplit les objectifs qui lui sont assignés ». Précisions.
Le torchon brûle entre la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) et la Cour des comptes ! Cette dernière publiait il y a quelques jours les résultats d'une enquête portant sur les avantages fiscaux relatifs à l'investissement locatif dans lequel elle faisait état de leur « faible efficacité mesurable ».

Le dispositif Pinel, tout particulièrement, n'était pas épargné par le rapport. Celui-ci était en effet jugé « coûteux et peu efficace », avec des effets « pas avéré[s] » sur les loyers. La Cour avançait par ailleurs un coût, pour les finances publiques, deux à trois fois plus élevé pour un logement de 190 000 euros bénéficiant du Pinel par rapport à un autre bien social.

De quoi s'attirer les foudres de la FPI ! Si elle souligne elle aussi « la faiblesse du pilotage, du suivi et du contrôle de ces dispositifs » de soutien à l'investissement locatif, l'organisation professionnelle ne partage pas les observations de la Cour concernant le Pinel.

La Cour des comptes bien loin de la vérité ?

D'après la Fédération, les chiffres avancés par le récent rapport seraient inexacts, voire même infondés. « La Cour laisse entendre que les plafonds de loyer seraient structurellement plus élevés que les loyers de marché. Aucune donnée publique n'appuie cette observation », écrit l'organisme.

Quant au calcul de la juridiction relatif au coût d'un bien social comparé à un logement Pinel : « La conclusion de la Cour ne s'explique que si elle rapporte ces coûts aux durées de location respectives de ces logements. Or cette comparaison n'a pas de sens : nul ne peut exiger de propriétaires particuliers qu'ils louent leur bien pendant 40 ans comme un organisme HLM ! »

En outre, la FPI est moins défavorable au Pinel que ne l'est la Cour, affirmant que le dispositif « remplit les objectifs qui lui sont assignés : produire des volumes importants de logements intermédiaires neufs de qualité dans les zones tendues ». L'organisme rappelle que 60 000 biens ont été vendus sous ce régime l'année dernière et que le Pinel, à l'instar des autres aides soutenant l'investissement locatif, répond « aux dysfonctionnements du marché ».

F.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Syndicats de la construction et de l'immobilier s’allient pour défendre les aides fiscales dans le neuf - Batiweb

Syndicats de la construction et de l'immobilier s’allient pour défendre les aides fiscales dans le neuf

Fédération française du bâtiment (FFB), Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM)... autant de syndicats professionnels qui se sont ralliés au collectif contestant les critiques adressées aux aides fiscales dans l’investissement locatif neuf, notamment accusées de coûter cher à l’Etat ou de faire monter les prix de l’immobilier. Pour déjouer ces « a priori », ils ont commandé une étude au cabinet indépendant PrimeView. Le point sur les résultats.
Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs - Batiweb

Dix trimestres de hausse consécutive pour les ventes de logements neufs

Décidément, tout va pour le mieux sur le marché de la promotion immobilière ! La FPI, fédération professionnelle représentant les acteurs du marché, vient en effet de constater que les ventes de logements neufs sont en hausse depuis déjà 10 trimestres consécutifs. Pour couronner le tout, l’organisme fait état d’un début d’année 2017 assez dynamique, avec 35 050 logements réservés entre janvier et mars. Un bilan qui cache néanmoins d'autres réalités moins plaisantes.
Ventes de logements neufs : le mouvement ralentit - Batiweb

Ventes de logements neufs : le mouvement ralentit

Les inquiétudes de la Fédération des promoteurs immobiliers sont – hélas – bien fondées ! Alors que l’organisme craignait le mois dernier les conséquences des « décisions gouvernementales » sur les ventes de logements neufs, le ministère de la Cohésion des territoires a justement dévoilé ce 21 novembre les chiffres relatifs au troisième trimestre. Si les indicateurs sont globalement en baisse, la tendance annuelle se maintient à un niveau de croissance élevé.
Les ventes de logements neufs en baisse, la FPI redoute les « décisions gouvernementales à venir » - Batiweb

Les ventes de logements neufs en baisse, la FPI redoute les « décisions gouvernementales à venir »

C'est une mauvaise passe pour les promoteurs immobiliers ! D'après la Fédération représentant la profession, les réservations de logements ont baissé de 1,1% au deuxième trimestre 2017 par rapport à la même période un an plus tôt. Si le syndicat accuse le coup, il rappelle également que « le flou sur l'avenir des mécanismes de soutien » public relatifs au marché de l'immobilier a largement pesé dans la balance. Retour sur les principaux indicateurs.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter