Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir Vie des sociétés | 28.09.18

Partager sur :
Alors que l’hiver approche à grand pas, l’UFC-Que Choisir interpelle le gouvernement sur la situation des ménages précaires disposant d’un compteur Linky. Dénonçant le report de la mise en place d’afficheurs déportés à janvier 2019 et l’inaction de l’administration à trois mois de l’échéance, l’association dit craindre une éventuelle augmentation des coupures d’électricité pour impayés.
L’UFC-Que Choisir n’est pas rassuré : à un mois de la trêve hivernale, les ménages précaires disposant d’un compteur Linky pourrait se voir affectés par une recrudescence des coupures d’électricité.

Dans un communiqué publié le 27 septembre 2018, l’association pointe « l’inaction de l’administration » quant au déploiement des afficheurs déportés prévu pour janvier 2019. Couplé à un compteur Linky, ce dispositif doit permettre à tous les consommateurs d’avoir une information (en euros) sur leur niveau de consommation électrique en temps réel dans leur lieu de vie. Jugé « coûteux », la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 l’a limité aux seuls ménages en précarité énergétique, soit 5,6 millions de personnes.

S’il devait être mis en place dès janvier 2018, l’échéance a été reportée d’un an. Aujourd’hui, l’UFC-Que Choisir estime que le dispositif « risque d’être de nouveau reporté, voire purement et simplement enterré en catimini » alors même qu’il a été reconnu « utile » par le médiateur national de l’énergie, la Cour des comptes, l’Agence et par le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy.

« En effet, l’arrêté indispensable pour couvrir les coûts des fournisseurs distribuant l’afficheur déporté n’a toujours pas été publié par le ministère, et à ce jour nous n’avons aucun calendrier », indique l’association.

Des interruptions d’électricité « hâtives et sans discernement »

Concernant les coupures, l’UFC-Que Choisir explique que le compteur Linky permet au distributeur d’électricité (Enedis) de limiter la puissance ou de couper l’électricité à distance. Pour éviter les dérives, la commission de régulation de l’énergie a fixé un cadre qui oblige Enedis, suite à une demande d’un fournisseur, à se déplacer sur site avant toute coupure pour impayés.

« Malheureusement, Enedis n’a pas une obligation de résultat et n’est donc pas tenu de rencontrer le consommateur, ni même de laisser systématiquement un avis de passage en cas d'absence. Pire, alors qu’avec les anciens compteurs la réduction de puissance, qui limite fortement les usages, nécessitait le déplacement d’un agent d’Enedis, avec le Linky cette procédure se fait à distance sans information supplémentaire du gestionnaire ou du fournisseur », prévient l’association.

Alors qu’en 2016, le nombre de coupures s’est élevé à 475 000, ce chiffre pourrait fortement augmenter. « Il existe un risque réel d’augmentation sans que, dans bien des cas, les consommateurs soient correctement avertis et puissent, le cas échéant, régulariser la situation ».

L’UFC-Que Choisir demande ainsi au ministre de la transition écologique et solidaire de prendre les mesures nécessaires pour « assurer le financement des afficheurs déportés afin que les fournisseurs puissent les proposer aux consommateurs précaires ».

L’association appelle par ailleurs au renforcement du « contradictoire dans la procédure de coupure d’électricité ou de limitation de puissance, afin d’éviter des interruptions d’électricité hâtives et sans discernement ».

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

En septembre dernier, l’UFC-Que Choisir dénonçait le report, à janvier 2019, de la mise en place gratuite d’afficheurs déportés pour les ménages précaires. Alors que la date butoir a expiré depuis près d’un mois, l’association a annoncé saisir le Conseil d’État pour sanctionner l’inaction du Gouvernement. Pour rappel, couplé à un compteur Linky, ce dispositif doit permettre aux occupants d’un logement d’avoir une information (en euro) sur leur niveau de consommation électrique en temps réel.
Les compteurs communicants bénéficient à la transition énergétique et au consommateur (Ademe)

Les compteurs communicants bénéficient à la transition énergétique et au consommateur (Ademe)

Si le compteur Linky ne fait pas toujours l’unanimité, il semblerait qu’il présente de nombreux avantages tant pour la transition énergétique que pour le consommateur. C’est en tout cas ce qu’assure l’Ademe. Dans un billet publié le 15 juin dernier, l’Agence indique en effet que les compteurs communicants facilitent la gestion du réseau et l’intégration des énergies renouvelables, et apportent aussi plus de transparence pour les consommateurs.
Valorem lance une initiative pour lutter contre la précarité énergétique

Valorem lance une initiative pour lutter contre la précarité énergétique

Valorem, acteur engagé des énergies renouvelables, lance un grand appel à projet via son Fonds de dotation Watt for Change, pour agir contre la précarité énergétique en France. Associations et autres ONG pourront candidater jusqu’au 30 avril 2019. L’initiative vise, entre autres, à tester de nouvelles solutions en faveur de la rénovation des logements. A cet effet, un budget de 10 000 € à 30 000 € par projet est prévu.
Maison neuve : la pompe à chaleur plébiscitée par les Franciliens

Maison neuve : la pompe à chaleur plébiscitée par les Franciliens

Domexpo, leader des villages de maisons d’exposition en Ile-de-France, présente son deuxième baromètre dédié à l’habitat individuel neuf. Si l’an dernier, la société s’était intéressée au prix moyen d’une maison neuve en Ile-de-France, elle consacre cette deuxième édition à la répartition des énergies de chauffage les plus utilisées en maison neuve.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter