Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup Vie des sociétés | 14.02.19

Partager sur :
Le recentrage des aides publiques en faveur du logement aura fortement impacté le marché de la maison individuelle. Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 14 février, Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, a indiqué que 2018 avait enregistré l’un des plus mauvais scores de ces 15 dernières années. Les ventes ont notamment reculé de – 11,3% dans le secteur diffus, descendant sous la barre des 120 000 unités. Précisions.

Le marché de la maison individuelle a été « touché de plein fouet par les mesures budgétaires de 2017 », a souligné ce jour LCA-FFB. Lors d’une conférence de presse, Patrick Vandromme a révélé des chiffres 2018 quelque peu moroses. Il a notamment indiqué qu’après deux années de croissance (+ 13,3% en 2015, puis + 20,6% en 2016) et une année de stabilisation (+ 1% en 2017), les ventes brutes de maisons individuelles en secteur diffus ont reculé de 11,3%, descendant sous la barre des 120 000 unités (119 700), soit 15 000 ventes de moins que l’année précédente.

« 15 300 maisons en moins, c’est quasiment une ville de 45 000 habitants que l’on n’a pas construite », a regretté Patrick Vandromme. « C'est trois emplois par maison construite. C’est donc également 45 000 emplois qui malheureusement n’ont pas été produits », a-t-il poursuivi. Ainsi, alors que 2017 représente le quatrième meilleur millésime, l’année 2018 constitue le quatrième moins bon exercice de ces quinze dernières années.

Tous les segments et régions concernés par la récession

Le secteur diffus n’est pas le seul à enregistrer une baisse de son activité. La maison individuelle en secteur groupé a également connu « un exercice 2018 très délicat ». A fin septembre 2018, les ventes ont baissé de 12,9% sur 12 mois glissants, pour s'établir à 9 534 unités. Les réservations ont chuté de 21,4% et les mises en vente de 29,9% par rapport au troisième trimestre 2017.

Le marché du collectif s’inscrit également à la baisse (- 1,6% sur 12 mois cumulés à fin septembre 2018, soit 118 652 unités) ; une tendance  qui devrait se confirmer en ce début d’année, les réservations à la vente des appartements et les mises en vente ayant reculé respectivement de 7,8% et de 12,8% au troisième trimestre 2018.

Les abandons de projet de construction de logements collectifs sont « anormalement » élevés, a noté LCA-FFB. Fin 2018, le taux d’annulation moyen sur trois mois de logements collectifs, s’établit à 27,3%, soit 8 points au-dessus de sa moyenne de longue période.

La récession n’a épargné aucune région en 2018 alors même qu’en 2017, la moitié des territoires affichaient encore des taux positifs.

Tendance baissière, à qui la faute ?

Pour LCA-FFB, il ne fait aucun doute que cette baisse de l’activité se doit au recentrage des aides en faveur du logement. En effet, alors que toutes les conditions étaient réunies pour encourager les ménages à acheter (taux d’intérêt historiquement bas, allongement de la durée moyenne des prêts, assouplissement des modalités d’octroi, abaissement du taux minimum d’apport personnel), le rabotage du PTZ a considérablement freiné le marché de l’accession à la propriété.

Dans certaines zones, « la quotité du PTZ est passé de 40% à 20%, ce qui a augmenté les échéances des plus modestes », a souligné Patrick Vandromme. A cela s’est ajoutée, la suppression de l’APL Accession. C’est « 160 à 170 € en moins par mois » qui permettaient aux ménages « de rester sous la barre des 33% » de taux d’endettement.

Dominique Duperret, Délégué Général de LCA-FFB, a ajouté que le rabotage des aides était venu impacter le taux d’effort des ménages : un ménage a perdu 14 000 € d’enveloppe budgétaire en 2018, et risque d’en perdre 30 000 en 2020 en zone C. En B2, c’est 50 000 € de réduction d’enveloppe budgétaire. Pour les constructeurs, ce sont 9 000 logements neufs de perdus en zones B2 et 19 000 en zone C.

Défendre les aides pour redonner confiance aux ménages

Pour regagner la confiance des ménages et relancer l’activité, LCA-FFB estime indispensable de pérenniser le PTZ en zones B2 et C au-delà de fin 2019 et de rétablir l’APL Accession. En effet, si 2019 devrait être une année de stabilisation avec des ventes se situant entre – 3% et + 3%, soit entre 116 000 et 123 000 unités, « sans nouvelles mesures », 2020 pourrait bien être l’année « de tous les dangers », avec une baisse de – 20% des prises de commande.

A la question, le PTZ coûte-t-il cher, l’association répond, « non ». L’économie réalisée par la réforme du PTZ par la loi de Finances pour 2018 devrait ressortir à 700 millions d’euros auxquels s’ajoutent 50 millions d’euros pour l’APL Accession. « Si l’on considère 28 000 opérations neuves de perdues en zones B2 et C au prix moyen de 172 200 € TTC, la perte de TVA pour l’Etat s’élève à 803 millions d’euros », sans compter les autres recettes fiscales (impôts fonciers, droits de mutation, etc.) et les impacts économiques et sociaux sur l’emploi.

Christophe Boucaux, délégué général adjoint de LCA-FFB, trouve ainsi dommage de sacrifier « la solvabilité » et la confiance des ménages « pour une économie très modeste ».

Le choix de suppression des aides en zones B2 et C est également contradictoire lorsque l’on sait que le Gouvernement enchaine les campagnes pour « revitaliser les centres-villes ». En effet, le rabotage des aides pousse les ménages à renoncer à leur projet, à acquérir un logement « inconfortable » ou à s’éloigner. Selon LCA-FFB, cette « assignation à résidence » ne fera « que renforcer les fractures territoriales et le sentiment de déclassement de bon nombre de nos concitoyens ».

L’organisme plaide en outre pour la mise en place d’une politique foncière adaptée aux différents enjeux des territoires. 

Rose Colombel
Photo de une : ©R.C

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

A Chypre, LCA-FFB dévoile les lauréats du Challenge de l’habitat innovant

A Chypre, LCA-FFB dévoile les lauréats du Challenge de l’habitat innovant

Le séminaire technique de LCA-FFB s’est cette année déroulé du 21 au 24 novembre à Chypre. Présentés à l’occasion du Challenge de l’habitat innovant, les projets candidats ont fait la part belle à l’expérimentation E+C- et à la future Réglementation Environnementale 2020. Grégory Monod, nouveau président de LCA-FFB, et Jacques Chanut, en ont également profité pour aborder les autres enjeux à venir, à savoir le maintien du PTZ, l’avenir du CITE, le coût du foncier ou encore la nécessaire mise en place d’une politique locale du logement.
Marché de la maison individuelle : les inquiétudes des professionnels se confirment !

Marché de la maison individuelle : les inquiétudes des professionnels se confirment !

Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB) ont présenté ce 21 septembre les chiffres relatifs au marché résidentiel, et plus spécifiquement à la maison individuelle. Un secteur largement mis à mal depuis début 2018 : en glissement annuel sur douze mois, les ventes de maisons neuves ont chuté de 9,8%. Dans le même temps, le Crédit Foncier s'attend lui aussi à une baisse de la production de crédits immobiliers, à hauteur de -9%. Tous les chiffres.
2018, une année difficile pour la construction de logements

2018, une année difficile pour la construction de logements

Sans surprise, 2018 n’aura pas été une année mémorable pour le marché de la construction. D’après le ministère de la Cohésion des territoires, seulement 460 500 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois, en recul de -7,1% par rapport à 2017. Dans le même temps, avec 398 100 biens concernés, les mises en chantier ont elles aussi baissé, de l’ordre de -7,0%. Tous les chiffres.
Malgré une activité en hausse, l’artisanat du bâtiment craint la fin 2018

Malgré une activité en hausse, l’artisanat du bâtiment craint la fin 2018

Les entreprises artisanales du bâtiment enregistrent, au 2e trimestre 2018, une croissance plus importante qu’en début d’année, annonce la Capeb. Entre avril et juin, l’activité du secteur a en effet progressé de 3,5% par rapport à la même période de 2017. Mais si le marché fait preuve de dynamisme, Patrick Liébus appelle à la vigilance. La baisse des mises en chantier et des autorisations pourrait bien impacter l’activité dans les mois à venir.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter