Fermer

Soutenir l'innovation pour relancer l'industrie

Pour relancer l'économie et parvenir à un nouveau modèle, privilégiant l'industrie plutôt que les services, l'ex-PDG de Saint-Gobain (1986 – 2011) Jean-Louis Beffa émet des propositions qui ne feront pas forcément l'unanimité, dans un entretien accordé au journal Les Echos du 25 janvier.
Publié le 25 janvier 2012

Partager : 

Soutenir l'innovation pour relancer l'industrie - Batiweb

Jean-Louis Beffa en est convaincu : il existe une alternative au modèle actuel libéral-financier. Ce modèle, baptisé « commercial-industriel » laisserait la part belle à l'industrie et ne donnerait pas « la priorité absolue à l'actionnariat et à la rentabilité immédiate », cause du déclin économique actuel. Ce modèle existe déjà, note le président d'honneur de Saint-Gobain, dans des pays comme la Chine, le Japon, la Corée ou l'Allemagne. Le Japon où faire grève ne signifie pas cesser de produire mais ne plus proposer d'idées de progrès, explique Jacques Leger dans « L'avenir de notre industrie » (p. 101, AFNOR Editions).

Le Japon qui fait l'actualité ce mercredi puisqu'on apprend qu'il enregistre son premier déficit commercial depuis 31 ans. Ses importations ont en effet dépassé ses exportations de 24,5 milliards d'euros, principalement en raison d'une facture énergétique en hausse et de la triple catastrophe du 11 mars 2011 (séisme, tsunami, accident nucléaire). Maintenir l'équilibre positif entre importations et exportations est justement au cœur du modèle prôné par Jean-Louis Beffa, qui a aussi été à la tête de l'Agence pour l'innovation industrielle, créée par Jacques Chirac en 2005 et abandonnée depuis. « Quelles que soient les spécificités locales, la priorité reste la même : vendre plus au monde extérieur qu'on ne lui achète. En particulier pour avoir les moyens d'acheter des matières premières et l'énergie nécessaires ».

Taxer le consommateur


Mais pour mettre en place ce nouveau modèle économique, il faudrait accorder moins d'importance aux services. Ils n'ont « pas d'effet fondamental sur le solde du commerce extérieur » note M. Beffa, ajoutant que « lorsqu'une économie remplace des emplois industriels – qui eux produisent beaucoup de valeur ajoutée – par des emplois de services, cela entraîne mécaniquement une baisse de la richesse produite, pour un même niveau d'emploi ». L'ex-PDG de Saint-Gobain, pour qui « rien ne peut remplacer l'industrie »  émet plusieurs propositions concrètes : faire entrer des représentants des travailleurs et des syndicats dans les conseils d'administrations ; soutenir les entreprises les plus soumises à la concurrence internationale ; et taxer d'avantage les consommateurs.

Dernière proposition : soutenir d'avantage l'innovation, surtout pour les entreprises qui exportent, et regarder de plus près les possibilités offertes par les gaz de schiste.

Laurent Perrin (source Les Echos)

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.