Fermer

Le gouvernement présente ses mesures pour les énergies renouvelables

Ce vendredi 29 juillet, la ministre de la Transition énergétique annonçait ses mesures d’urgence pour la relance des énergies renouvelables (EnR) électriques. Ces dispositions font notamment la part belle au biométhane et au photovoltaïque.
Publié le 29 juillet 2022

Partager : 

Le gouvernement présente ses mesures pour les énergies renouvelables - Batiweb

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, l’avait déjà annoncé le 12 juillet dernier : un coup d’accélérateur pour les énergies renouvelables est à prévoir. Un plan sera notamment présenté à la Première ministre Elizabeth Borne à la rentrée de septembre.

Comme prévu, en cette fin de mois, les mesures d’urgence pour développer le renouvelable électrique ont été dévoilées par le gouvernement ce vendredi. 

 

« Dans cette période de forte inflation, la hausse du coût des matériaux de construction conduit au retard, voire à l’arrêt, de nombreux projets de production d’énergies renouvelables, leurs coûts réels n’étant plus couverts par le prix d’achat de l’électricité ou du biométhane garanti par l’État. On estime que 6 à 7 GW de projets solaires et 5 à 6 GW de projets éoliens sont actuellement menacés », recontextualise le ministère de la Transition écologique.

 

L’accent mis sur le photovoltaïque et le biométhane


Pour rappel, les renouvelables électriques sont une part importante du mix énergétique défendu par le président Emmanuel Macron en février dernier. Le gouvernement les voit comme un moyen d’atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050, tout en sécurisant les approvisionnements pour l’hiver.

Selon les estimations du ministère de la Transition énergétique, elles assurent 20 % des besoins d'électricité en 2022. D’autant qu’un récent bilan sur les bienfaits des renouvelables sur les finances publiques confortent la trajectoire gouvernementale.

Concrètement, le nouveau paquet de mesures tend à simplifier le déploiement des renouvelables électriques. Parmi les dispositions : les producteurs concernés, sous le régime des compléments de rémunération, auraient l’autorisation de vendre leur électricité sur les marchés durant 18 mois, avant la prise d’effet de leurs contrats.

Est aussi prévue une prise en compte de la hausse des coûts des matériaux, pour tous les projets de production d’énergies renouvelables électriques, comme le biométhane. D’ailleurs, les installations biométhane ayant obtenu une autorisation environnementale verraient leur délai de mise en service allongé.

Les tarifs pour les projets photovoltaïques sur bâtiment pour l’année 2022, devraient être gelés. « En parallèle, la ministre lancera un nouvel appel d’offres photovoltaïque en Outre-Mer, en Corse, et dans les Îles du Ponant (zones non interconnectées). Elle mettra également en œuvre un nouveau guichet tarifaire pour les installations photovoltaïques au sol de moins de 1 MW, situées sur terrains dégradés, urbanisés ou à urbaniser, ainsi que pour les « traqueurs solaires », abonde le ministère de la Transition écologique.

Les projets renouvelables pourraient également être lauréats d’appels d’offres, et rehausser leur puissance jusqu’à 40 % avant leur achèvement. 


Virginie Kroun
Photo de Une : Adobe Stock 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.