« Le combat va porter sur le logement neuf », annonce Olivier Salleron (FFB) Vie des sociétés | 09.09.20

Partager sur :
Ce mercredi 9 septembre, Olivier Salleron, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), présentait les derniers chiffres de l'activité du bâtiment. Après s'être félicité de « la grande victoire » concernant l'extension de MaPrimeRénov', le président a exprimé ses inquiétudes pour le logement neuf, absent du plan de relance, et qui devrait chuter de -23,4 % sur l'ensemble de l'année 2020.

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi 9 septembre, Olivier Salleron, nouveau président de la FFB, s'est révélé moins alarmiste que le 30 juin dernierle plan de relance ayant entre temps était annoncé – si ce n'est pour le logement neuf, qui devrait chuter de -23,4 % sur l'année 2020 (après +2,9 % en 2019), et pour lequel aucune mesure n'a pour le moment été prise.

 

Pour l'ensemble de l'activité du bâtiment, la FFB table désormais sur une baisse de -14,8 % du chiffre d'affaire sur l'année 2020, après +1,5 % en 2019. Le chiffre est toutefois légèrement moins pire que prévu, puisque la FFB prévoyait initialement une chute de -17,6 %.

 

Il faut dire que les entreprises du bâtiment ont connu un effet de rattrapage après le confinement. Les carnets de commandes sont donc bien remplis, avec notamment 8,2 mois à fin août pour les entreprises du bâtiment de plus de 10 salariés.

 

Les entreprises souffrent en revanche au niveau de leur trésorerie et des marges, qui ont été divisées par 2,4 par rapport à fin 2019. La question des surcoûts – désormais estimés à 8 % – et de la baisse de productivité restent également un sujet important. Pour absorber ces surcoûts, Olivier Salleron appelle notamment les entreprises à les calculer en amont : « Il faut intégrer le coût Covid dans tous nos devis et appels d'offre », insiste-t-il.

 

Du côté de l'emploi les nouvelles sont plutôt rassurantes pour les salariés, notamment grâce au dispositif d'activité partielle. Entre le premier semestre 2019 et le premier semestre 2020, on note même une hausse de 18 400 postes.

 

L'emploi intérimaire a en revanche davantage souffert, avec 39 200 emplois équivalent temps plein perdus sur la même période, soit -34,4 %. En tout, 20 800 postes (salariés et intérimaires confondus) auraient été détruits au premier semestre 2020.

 

Restant optimiste pour l'avenir, la FFB a réaffirmé l'objectif de recruter 150 000 « jeunes talents » d'ici l'horizon 2023, dans la perspective des Worldskills. 

 

Pour attirer ces jeunes, Olivier Salleron a annoncé que les « Coulisses du bâtiment » seraient bien maintenus les 8 et 9 octobre prochains, à travers des visites de chantiers, mais aussi l'intervention de jeunes membres de la FFB dans les écoles, et des kits vidéos qui seront diffusés.

 

-23,4 % pour le logement neuf sur l'année 2020

 

La grande inquiétude persiste du côté du logement neuf, qui devrait chuter de -23,4 % pour l'ensemble de l'année 2020 (contre +2,9 % en 2019). L'activité entretien-rénovation s'en sortirait un peu mieux, avec -7,6 % (contre +0,3 % l'année précédente).

 

Dans le détail, le logement neuf pâtit notamment de la chute des permis de construire, estimée à -20,1 % sur 7 mois, avec même une accélération ces trois derniers mois (-27,3 % à fin juillet). Dans ce contexte, la FFB appelle à accélérer la dématérialisation des procédures. Revenant sur le confinement, Olivier Salleron souligne que les mairies n'étaient « pas prêtes à télétravailler ». « Il y a un manque d'équipement numérique pour la dématérialisation des permis », a-t-il déploré.

 

Les mises en chantier baissent de leur côté de -14,9 %, et les mises en vente de -37,4 %, soit un plongeon inquiétant.

 

Du côté du non-résidentiel, les permis de construire chutent de -29,8 %, et les mises en chantier de -22,1 %.

 

La FFB appelle à des mesures fortes en faveur du logement neuf

 

Concernant le plan de relance dévoilé par le Premier ministre Jean Castex la semaine passée, Olivier Salleron s'est félicité d'une « très grande victoire » avec l'extension de MaPrimeRénov' aux ménages aisés, bailleurs privés et copropriétés. Il a notamment souligné que cela aiderait les petits propriétaires à lancer des travaux de rénovation énergétique dans les logements qu'ils louent et à faire travailler les artisans sur l'ensemble du territoire, y compris dans les petites villes. « Les économies d'énergies réalisées vont redonner du pouvoir d'achat aux particuliers, mais aussi au bâtiments publics ». Hôpitaux, EPHAD et écoles bénéficieront en effet également d'un budget rénovation.

 

Si la rénovation énergétique a été mise à l'honneur dans le plan de relance, la fédération s'inquiète en revanche de l'absence de mesures en faveur du logement neuf, alors même que la situation risque de « s'aggraver sur le long terme ».

 

« Le combat va porter sur le neuf », a ainsi lancé Olivier Salleron. La FFB réclame d'ores et déjà de rehausser le PTZ à 40 % du prix de la construction, pour qu'il serve d'apport aux ménages, alors que les banques deviennent plus exigeantes vis-à-vis des primo-accédants.

 

Autre requête : la prolongation du Pinel au-delà de fin décembre 2021. « On est a 16 mois de la fin de la mesure, donc il n'y a pas assez de visibilité à long terme pour les investisseurs. Il faut que cela soit traité très vite », a-t-il insisté.

 

Claire Lemonnier

 

Photo de une : Arthur Maia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Plan France Relance : le logement neuf absent - Batiweb

Plan France Relance : le logement neuf absent

Ce jeudi 3 septembre, le Premier ministre dévoilait le plan « France relance », doté de 100 milliards d'euros répartis entre différents secteurs. Le bâtiment s'est rapidement félicité de voir près de 7 milliards attribués à la rénovation énergétique. Toutefois, les principales fédérations de la construction ont déploré l'absence de mesures en faveur du logement neuf, durement touché par la crise, avec notamment la chute des permis de construire. Réactions.
Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup - Batiweb

Recentrage des aides : le marché de la maison individuelle accuse le coup

Le recentrage des aides publiques en faveur du logement aura fortement impacté le marché de la maison individuelle. Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 14 février, Patrick Vandromme, président de LCA-FFB, a indiqué que 2018 avait enregistré l’un des plus mauvais scores de ces 15 dernières années. Les ventes ont notamment reculé de – 11,3% dans le secteur diffus, descendant sous la barre des 120 000 unités. Précisions.
« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron) - Batiweb

« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron)

Des chantiers émanent à nouveau les bruits de la construction. Même avec une production amoindrie, le bâtiment reprend, et selon les chiffres de la FFB du 29 juin, 95 % des chantiers ont désormais retrouvé une activité normale, bien que le secteur du BTP ait été lourdement impacté. Aujourd’hui, les attentes se tournent donc vers des mesures de relance, que la FFB présente à travers la voix de son nouveau président, Olivier Salleron.
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir - Batiweb

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter