Projet de loi anti-gaspillage : « La REP pourrait coûter 2 milliards d’euros par an au bâtiment » alerte la FFB Vie des sociétés | 23.09.19

Partager sur :
Alors que le projet de loi anti-gaspillage doit être examiné au Sénat, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a souhaité rappelé l’engagement, mais aussi les points de désaccords de la filière du bâtiment, parmi lesquels l’instauration d’un système de Responsabilité Elargie au Producteur (REP), qui risquerait de « coûter près de 2 milliards d’euros par an » au secteur. « Une facture qui impacterait de facto les coûts de la construction », ajoute la fédération dans un communiqué.

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) a rappelé ce lundi 23 septembre l’engagement de la filière du bâtiment concernant les objectifs prévus dans le cadre du projet de loi anti-gaspillage.

 

« Ainsi qu’ils l’ont unanimement exprimé le 5 septembre dernier devant la Secrétaire d’Etat Brune Poirson, les professionnels sont pleinement en accord avec les objectifs poursuivis par les pouvoirs publics sur la question des déchets de chantier : amélioration du tri, de la collecte, de la valorisation et lutte contre les dépôts sauvages », souligne la FFB dans un communiqué.

 

Elle réaffirme la détermination des 14 organisations représentatives de la filière du bâtiment et des déchets concernant la mise en place d’un observatoire sur la traçabilité, et la multiplication des points de collecte. Elle est également favorable à la reprise sans frais en déchèteries « des déchets triés issus de filière pour lesquelles c’est utile », pointant que « pour la ferraille (dont la reprise est valorisée financièrement) ou les gravats (dont le coût est inférieur à 10 € la tonne), la gratuité est un non-sens ».

 

Les craintes du secteur concernant l’instauration d’un système REP

 

Elle confie en revanche ses craintes concernant l’instauration d’un système de Responsabilité Elargie au Producteur (REP), qui risquerait de « coûter près de 2 milliards par an » à la filière du bâtiment, et d’augmenter les coûts de la construction.

 

« Aucune analyse d’impact économique sérieuse n’a pu être faite sur les conséquences d’un basculement général des produits et matériaux de construction dans un système REP », s’inquiète-elle.

 

Dans ce contexte, la FFB appelle à la prudence et demande une évaluation sérieuse des impacts économiques : « Il apparaît prématuré d’inscrire dans la loi la forme, le périmètre, les modalités de financement ainsi que les modalités de pilotage du système », conclut-elle, tout en rappelant que les professionnels restent à la disposition des pouvoirs publics pour « trouver des solutions pérennes et économiquement équilibrées ».

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La reprise des déchets de chantier triés sera gratuite en 2022

La reprise des déchets de chantier triés sera gratuite en 2022

Dans une interview du Parisien publiée lundi 21 octobre, Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique en charge du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, a rappelé que la reprise des déchets de chantier triés serait bien gratuite à partir de 2022. Outre cette mesure, les points de collecte seront densifiés et le pouvoir de sanction renforcé pour les élus municipaux. L’objectif : lutter contre les décharges sauvages.
Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
À Batimat, Brune Poirson revient sur la gestion des déchets du BTP

À Batimat, Brune Poirson revient sur la gestion des déchets du BTP

En introduction d’une table ronde « Économie circulaire et bâtiment » organisée à l’initiative de Construction21 sur le salon Batimat, la secrétaire d’État à la Transition écologique est revenue sur les objectifs du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Durant son intervention, elle a notamment évoqué la reprise gratuite des déchets triés, le développement des déchetteries professionnelles, la création d’un Observatoire des déchets, ainsi que la mise en place d’une filière pollueur-payeur et le renforcement des sanctions.
En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

Avec une croissance de 2%, l’année 2017 a été « satisfaisante » pour la majorité des entreprises de tri, a annoncé, mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le bâtiment fait partie des bons élèves, le volume de déchets collectés ayant lui aussi augmenté de 2% pour atteindre 40 millions de tonnes. 2019 devrait cependant être « très agitée ». En effet, l’idée d’une « REP Bâtiment » inquiète toujours autant les professionnels du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter