Fermer

Isolation intérieure de la salle de bain : tout ce qu'il faut savoir

La salle de bain est une pièce bien particulière, dont la température se doit d’être agréable aussi bien en été qu’en hiver. Pour éviter les sensations de froid et les factures de chauffage trop élevée, il est donc essentiel de bien isoler cette pièce. Découvrez quelles sont les spécificités de la salle de bain et comment l’isoler efficacement.
Publié le 03 septembre 2022

Partager : 

Isolation intérieure de la salle de bain : tout ce qu'il faut savoir - Batiweb

Une bonne isolation thermique est essentielle au confort d’un logement. Elle permet notamment de limiter les pertes de chaleur par les différentes parois d’une habitation. Ses habitants peuvent ainsi réaliser des économies sur leur facture de chauffage. Par ailleurs, un logement mal isolé peut engendrer des situations d’inconfort. En effet, les infiltrations d’air entrainent des sensations de froid en hiver, malgré un air intérieur chaud, mais font également entrer la chaleur pendant les épisodes caniculaires en été. L’isolation thermique permet donc d’être mieux chez soi, tout en faisant des économies. Toutefois, pour que celle-ci soit efficace, il faut assurer sa continuité. La salle de bain étant une des pièces les plus humides, dont le confort est particulièrement important, son isolation est d’autant plus essentielle. 

 

intérieur de salle de bain endommagé par l'humidité

 

Pourquoi bien isoler une salle de bain ? 


La salle de bain est la pièce la plus chaude de la maison. En effet, la température idéale au sein d’un logement se trouve autour de 19°C. En revanche, pour être agréable, la température de la salle de bain doit se trouver aux alentours de 22°C lorsqu’elle est utilisée. Il est donc important que cette pièce de la maison, utilisée ponctuellement, se chauffe vite et conserve bien la chaleur pour ne pas faire monter la facture de chauffage. Il s’agit également d’une des pièces les plus humides de la maison. Il faut donc veiller à ce qu’elle soit bien isolée, pour éviter que la vapeur d’eau et l’humidité s’évacuent vers d’autres pièces de la maison. 

Par ailleurs, la salle de bain est une pièce bruyante, qui se trouve souvent à proximité de l’espace nuit des habitations. Entre bruits de robinets, de sèches cheveux, ou encore des différentes machines qui peuvent s’y trouver comme la machine à laver, la salle de bain nécessite également une bonne isolation phonique. Autant de facteurs à prendre en compte lors du choix de l’isolant à utiliser. 

 

Quel type d’isolation pour la salle de bain ? 


Il existe une grande variété d’isolants, de nature et aux caractéristiques différentes. Ils peuvent être classés en trois grandes catégories en fonction de leur composition :  

  • Les isolants synthétiques comme le polystyrène ou le polyuréthane :  souvent vendus sous forme de plaques isolantes, ces matériaux sont peu coûteux et ont l’avantage d’être très isolants, en particulier contre le froid, tout en conservant une faible épaisseur. En revanche, ils ne sont pas très efficaces en ce qui concerne l’isolation phonique et sont peu écologiques.
  • Les isolants minéraux comme la laine de verre ou la laine de roche : à faible coût, ces isolants sont très performants, aussi bien au niveau thermique qu’acoustique. La laine de roche est notamment très utilisée pour l’isolation du sol par le dessous.
  • Les isolants naturels comme la laine de bois, le chanvre, la ouate de cellulose ou le liège : vendus en vrac ou sous forme de panneaux ou de plaques, ces isolants sont performants mais également écologiques. Ils permettent également d’améliorer l’isolation phonique. En revanche, ce type d’isolant est généralement plus onéreux que ceux cités précédemment.

Les isolants qui résistent le mieux à l’humidité et sont donc particulièrement adaptés à l’isolation intérieure de salle de bain se trouvent parmi les matériaux naturels ou biosourcés. Le liège expansé est notamment très sollicité pour l’isolation de murs humides car il s’agit d’un matériau imputrescible qui résiste très bien à l’humidité. De plus, le liège est un matériau durable qui ne se tasse pas et qui offre également de bonnes performances en matière d’isolation phonique. La fibre de bois est un autre isolant naturel qui se prête très bien à l’isolation intérieure de salle de bain car elle est tout aussi résistante face à l’humidité. Elle est notamment utilisée pour isoler les murs dans les maisons anciennes. Pour un budget de rénovation de salle de bain moins conséquent, il est également possible de se tourner vers des matériaux synthétiques comme le polystyrène extrudé. Bien que moins écologique, cet isolant est performant et s’adapte bien à l’isolation intérieure de salle de bain.

 

Comment isoler un mur intérieur de salle de bain ? 


L’isolation des murs de la salle de bain permet de réduire le phénomène de condensation, créé par des parois froides. Les isolants naturels mentionnés précédemment sont particulièrement adaptés aux murs intérieurs de salle de bain, grâce à leurs performances thermiques et leur grande résistance à l’humidité. 

 

Quelle isolation pour les sols et plafonds de salle de bain ? 


Le plafond est responsable de la majorité des pertes de chaleur. Il est donc important de bien l’isoler dans le cadre d’une rénovation de salle de bain. Tous les types d’isolants conviennent à l’isolation des plafonds de salle de bain, toutefois il faut veiller à respecter une bonne épaisseur pour que celle-ci soit efficace. 

Concernant l’isolation du sol de la salle de bain, la laine de roche est le matériau le plus adapté. En effet, elle est efficace aussi bien au niveau thermique qu’acoustique et résiste très bien à l’eau. La rénovation de l’isolation thermique du sol d’une salle de bain peut également être une bonne occasion d’installer un système de chauffage au sol

 

salle de bain bien isolée

 

Préserver l’isolation de la salle de bain : parement et ventilation 


Dans le cadre d’une isolation intérieure de salle de bain, peu importe la surface isolée ou le matériau utilisé, ce dernier doit être doublé d’un pare-vapeur. Il s’agit d’une membrane dont le but est de limiter la vapeur d’eau et les infiltrations d’air dans les parois. Elle s’installe du coté chauffé de la paroi une fois celle-ci isolée. Une fois l’isolation intérieure de la salle de bain réalisée, il faut la protéger à l’aide d’un parement. Il s’agit d’une surface qui se situe entre l’isolant et le revêtement de la pièce, qu’il s’agisse de carrelage, de peinture, etc. Le parement le plus utilisé dans les pièces humides comme la salle de bain est le placo hydrofuge, spécialement conçu pour résister à l’humidité.

Bien que l’isolation thermique soit essentielle, elle n’est réellement efficace que lorsqu’elle est associée à une bonne ventilation. En effet, cette dernière permet d’évacuer l’humidité liée à l’activité humaine hors du logement. Une bonne ventilation permet ainsi de rendre l’isolation plus durable et évite que les parois soient endommagées à cause de l’humidité. De plus, en renouvelant l’air de la pièce, la ventilation la rend plus facile à chauffer. En effet, il faut plus d’énergie pour chauffer une pièce trop humide. La ventilation, associée à une bonne isolation thermique dans une salle de bain permet donc également de faire des économies d’énergie

Par Mariane Albrieux

Sur le même sujet

La nouvelle laine de verre Isover

Isover révolutionne ses savoir-faire et ses produits et lance LA Nouvelle Laine de verre pour l’isolation intérieure, une nouvelle matière douce, écologique, performante, avec une belle couleur crème.

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.