ConnexionS'abonner
Fermer

Éco-délinquance : un fléau qui nuit au marché de la rénovation énergétique

Publié le 29 septembre 2022

Partager : 

Pour réaliser des économies d’énergie, de plus en plus de Français ont recours à la rénovation énergétique. Un marché qui apporte son lot de solutions, mais qui devient aussi une fenêtre d’opportunité pour les « margoulins » prêts à tromper les consommateurs.
Éco-délinquance : un fléau qui nuit au marché de la rénovation énergétique - Batiweb

Avec la crise énergétique et l’inflation liées à la guerre en Ukraine, les Français cherchent par tous les moyens à réaliser des économies. Et pour cela, ils peuvent engager des travaux de rénovation énergétique pour leur habitat. Les dispositifs d’aides proposés par l’État et les collectivités sont autant d’éléments qui doivent pousser les consommateurs à sauter le pas. Ces nouvelles installations, moins énergivores, vont permettre de diminuer le coût des factures des propriétaires, mais aussi de les faire gagner en indépendance énergétique grâce aux énergies renouvelables.

Un marché juvénil cible d’individus malhonnêtes

 

Une activité en plein essor qui va permettre à de nombreux Français de réduire leur empreinte carbone et de réaliser de belles économies d'énergie. Malheureusement, dès qu’un marché porteur émerge, son lot d’individus mal intentionnés arrive avec. Attirés par les profits, ces professionnels peu scrupuleux peuvent être à l’origine d’installations non performantes, jamais installées, ou réalisées à des tarifs hors marché.

Pour éviter de tomber dans le piège tendu par ces arnaqueurs, appelés éco-délinquants, le Comité Scientifique et Technique des Industries Climatiques (COSTIC), en collaboration avec Qualit’EnR, dévoile aux consommateurs quelques astuces et conseils à suivre.

Quel profil type pour ces éco-délinquants ?

 

Afin d’éviter de subir le préjudice des éco-délinquants, il faut tout d’abord savoir les repérer. Le profil type de ces escrocs est le suivant : ils travaillent dans de jeunes entreprises qui ont généralement moins de 2 ans. Ces structures sont de moyenne ou petite taille, composées d’une dizaine d’employés tout au plus, et pratiquent le démarchage téléphonique, illégal dans le secteur de la rénovation énergétique en France.

Face à l’éco-délinquant, le client peut se rendre compte de la tromperie en observant que l’interlocuteur ne fait pas toujours le tour de l’installation pour l’évaluation technique. Son discours est rapidement centré sur le chiffrage et la rentabilité de l’investissement, et le particulier est rapidement invité à signer tout de suite et à renoncer au délai de rétractation. Tous ces points sont autant d’éléments auxquels il faut accorder une extrême vigilance pour éviter de se faire avoir.

Les cibles et les conseils à leur fournir

 

Ces sociétés peu scrupuleuses visent en général le même profil de victime. Ce sont des propriétaires de maisons individuelles qui sont le plus souvent des retraités, des personnes seules, ou même handicapées. Les cibles sont éligibles aux aides financières de l’État. Leurs revenus sont modestes et leurs foyers le plus souvent endettés.

Il est recommandé aux consommateurs de demander à leur interlocuteur si l’entreprise réalise ou sous-traite les travaux. Prendre connaissance de la durée du chantier est également conseillé. Par exemple, la pose d’une pompe à chaleur (PAC) prend entre un et trois jours. Afin d’éviter toutes mauvaises surprises, il est important de vérifier que la marque et le modèle de l’installation correspondent aux mentions du devis. Vérifier si un contrat de maintenance de l’installation est proposé peut aussi s’avérer pertinent.

Des arnaqueurs agiles et organisés

 

Il existe une méthode simple et rapide pour s’assurer que l’installateur est un vrai professionnel. Si ce dernier est qualifié Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) sur le site France Rénov’ ou auprès de l’organisme de qualification, alors il n’y a nul doute à avoir.

Cependant, ces certifications ont un prix. Et selon Paul, un aspirant technicien Qualisol formé par COSTIC à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (78), et déjà titulaire de nombreuses autres qualifications, toutes ces formations ne seraient pas nécessaires si il n’y avait pas autant de triche. « Tous ces apprentissages coûtent cher. Il faut payer pour travailler. C’est un gage de la qualité de nos installations certes, mais si tout le monde faisait les choses correctement, je ne suis pas certain que l’on aurait besoin d’autant de certifications », estime-t-il.

Le phénomène d’éco-délinquance pose de nombreux problèmes car il ternit l’image de la profession. Et les sociétés derrière ces arnaques sont très bien organisées comme l’explique l’aspirant : « Ces gens ont de multiples entreprises. Ils maîtrisent leur sujet. Il y a peu, à la foire de Sedan (08), certains ont fait signer des installations à 61 000 euros pour une chaudière murale à gaz. Et les clients signent. Seulement, une fois qu’ils se rendent compte qu’ils se sont fait avoir, il est trop tard. Et entre-temps, l’entreprise a fermé », témoigne Paul.

Impossible donc de procéder au moindre contrôle et sanctionner la société. Ces arnaques sont des faits dont ne sont visiblement pas assez informés les particuliers : « On n’achète pas ce type d’installation dans une foire. Attention car si vous signez, c’est définitif. Il n’y a pas de rétractation possible dans ce genre de lieu. Qui plus est, les techniciens de ces compagnies frauduleuses sont tous des sous-traitants provenants d’entreprises étrangères. Ils ont de faux certificats RGE, donc il est impossible pour les clients de bénéficier des aides de l’État » met-il en garde.

L’éco-délinquance peut être à l’origine de bien des problèmes, aussi bien pour le client que les installateurs qualifiés. Fort heureusement, le phénomène reste assez marginal. En 2021, Qualit’EnR chiffre à 1 % les entreprises qualifiées de son réseau ayant fait l’objet d’une réclamation-client, et à 0,12 % celles dont les pratiques pourraient relever de l’éco-délinquance. Soit 21 sur 17 051 entreprises qualifiées du réseau Qualit’EnR.

 

Jérémy Leduc

Photo de Une : Adobe Stock

Sur le même sujet

Comment obtenir le label RGE ?

Faire appel à un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE) pour des travaux de rénovation énergétique est à la fois un gage de qualité pour le commanditaire des travaux, mais également la condition...

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.