Féminisation du secteur du BTP, où en est-on ? Vie des sociétés | 07.03.19

Partager sur :
En avril 2018, la FFB a lancé une campagne de promotion des métiers du BTP. Le but, mettre en lumière des hommes et des femmes qui se disent fiers d’appartenir à cette « filière d’avenir » et attirer de nouveaux talents. Si les opportunités de recrutement semblent nombreuses, les femmes peuvent-elles vraiment trouver leur place dans ce secteur encore considéré comme « masculin » ? Au vu des chiffres, le chemin est encore long… très long !

Si la part des femmes dans le bâtiment a bien progressé depuis l’an 2000 passant de 8,6% à 12,3% en 2018, les chiffres sont encore déplorables ! Ainsi, malgré les initiatives lancées par les syndicats professionnels et les entreprises pour renforcer l’attractivité des métiers du BTP, de nombreux efforts sont encore à faire.Un travail de pédagogie devrait notamment être engagé pour mettre à mal les idées reçues et faire du BTP, un secteur plus égalitaire.

La FFB précise que « c’est dans la catégorie des cadres que la proportion des femmes progresse le plus rapidement (19,4% en 2018 vs 18,4% en 2017) ». « De la même façon, en formation initiale, plus le niveau est élevé, plus le nombre de femmes augmente. » Elles représentent 45,8% des employés et techniciens et seulement 1,5% des professionnels intervenant sur les chantiers.

Christine Petiteau, présidente des groupes Femmes dirigeantes de la FFB, estime cette année encore que « dans les années qui viennent, 40% des entreprises seront à reprendre dans le secteur. Les femmes repreneurs constituent un réel atout pour la performance des entreprises ! ».

La FFB indique que plus d’une entreprise sur deux sont dirigées ou codirigées par une femme. Elle fait aussi état de 25% de femmes à l’École Supérieure des Jeunes Dirigeants du Bâtiment (ESJDB). Quant à la situation au sein même du syndicat ? 10% des mandataires de la FFB sont des femmes et 3 000 femmes sont membres des 94 groupes Femmes dirigeantes de la FFB.

La réglementation se renforce pour plus de parité

Alors que l’égalité entre les femmes et les hommes a été déclarée « grande cause du quinquennat », chacun des ministères a pris des engagements. Muriel Pénicaud, ministre du travail, a notamment travaillé, avec les partenaires sociaux, pour la définition d’un index de l’égalité professionnelle « qui mesure le salaire mais aussi les égalités de chance, de promotion et qui objective le plafond de verre ».

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale, mardi 5 mars, elle a expliqué : « Les entreprises de plus de 1000 salariés, doivent publier depuis le 1er mars, leur index, ce sera le cas de toutes les entreprises de plus de 250 salariés au 1er septembre et de toutes les entreprises de plus de 50 salariés, au 1er mars 2020 ».

« On voit aujourd’hui que 732 entreprises ont rempli leurs obligations de déclaration, c’est-à-dire une sur deux. Plus de 500 sont en cours de déclaration. On voit que l’exigence de prise de conscience et de transparence que nous avons mis dans la loi est en soi un sujet. Sur les 732, 14 ont 100 points, sont à égalité réel. 16%, 118 sont en alerte rouge (…). Mais la grande majorité a beaucoup de progrès à faire et va s’engager dans cette démarche », a-t-elle assuré.

Et d’ajouter : « De tous les échos que nous avons depuis 2 jours, on s’aperçoit que beaucoup d’entreprises découvrent avec stupeur parfois positive, parfois négative, leurs résultats, car elles-mêmes n’avaient pas d’instruments de mesure. Je suis persuadée que ça va avoir un levier intense ».

Des entreprises qui s’expatrient pour ne pas respecter les quotas de femmes

Bien que des lois existent, les entreprises ne les respectent pas toujours. Pour rappel, toute société a des obligations en termes d’égalité professionnelle, un accord doit même être conclu en ce sens pour les entreprises de plus de 50 salariés.

Dans un nouvel Observatoire, Skema, qui analyse depuis 2007, l’évolution du pourcentage de femmes dans les conseils d’administration, les comités exécutifs, l’encadrement et les effectifs des 60 plus grandes entreprises privées françaises (CAC40 + CAC Next 20) pointe « les évadés fiscaux », c’est-à-dire les entreprises qui s’expatrient pour éviter le quota de 40% de femmes dans le Conseil d’administration imposé par la loi Copé-Zimmermann.

« Les 6 entreprises qui sont les plus éloignées du quota de 40% sont toutes juridiquement domiciliées dans des pays étrangers non-soumis à des quotas ou à des quotas plus faibles », indique un communiqué. Parmi ces entreprises, on retrouve LafargeHolcim qui comptent seulement 8,33% de femmes administrateurs.

Quant à « l’irréductible plafond de verre pour accéder aux comités exécutifs », le baromètre note qu’au 1er janvier 2018, la quasi-totalité des entreprises du CAC40 domiciliées en France avaient atteint la quota de 40%, mais que les femmes ne représentent que 13,69% des comités exécutifs alors qu’elles sont 32,33% parmi la population cadres, « vivier traditionnel de recrutement des dirigeants ».

Des entreprises qui travaillent à la féminisation du secteur

Fort heureusement, de nombreuses entreprises travaillent à la féminisation du secteur. Vinci fait partie des bons élèves en la matière. La société s’est fixée pour objectif d’atteindre la proportion de 25 % de femmes managers à l’horizon 2020 (elles sont 19% aujourd’hui). Le Groupe rappelle aussi son partenariat avec l’association Elles Bougent, dont la principale ambition est d’encourager un plus grand nombre d’étudiantes à s’orienter vers des carrières d’ingénieures ou de techniciennes.

Autre exemple, SPIE qui a lancé en 2015, So’SPIE Ladies, une initiative visant à promouvoir l’égalité professionnelle et à favoriser la mixité des équipes. Cette année, les actions du groupe vont s’articuler autour de deux axes forts : la lutte contre les stéréotypes inconscients et la féminisation dans les métiers techniques. Corinne Figuereo, directrice de la transformation et de l'innovation chez SPIE, déclare : « Le 8 mars, c'est l'occasion de s'arrêter sur des problématiques qui concernent tout le monde. La journée de la femme, par ce qu'elle souligne en termes d'inégalités et en tant que symbole du chemin restant à parcourir, s'adresse aussi aux hommes ».

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention

Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention

Le 28 mars prochain sera une journée consacrée à la prévention dans le BTP. Cet événement, organisé par divers organismes du secteur, vise à sensibiliser tous les professionnels et à leur transmettre des conseils grâce auxquels ils pourront exercer leurs métiers sans risque. Cette année, une attention particulière sera portée sur les poussières et le risque chimique, dont les dangers, bien qu’invisibles, peuvent avoir de graves répercussions.
La rénovation énergétique des bâtiments, ça s’apprend !

La rénovation énergétique des bâtiments, ça s’apprend !

Pour aider les professionnels du bâtiment à relever le double défi écologique et économique du Grenelle, l’ADEME, la FFB, la CAPEB, la FNSCOP BTP, EDF et ATEE ont développé une formation à la rénovation énergétique FEE Bat (Formation aux Economies d’Energie des entreprises et artisans du Bâtiment).
« Prépa-apprentissage » : le CCCA-BTP va accompagner 17 000 jeunes

« Prépa-apprentissage » : le CCCA-BTP va accompagner 17 000 jeunes

En novembre 2018, le Gouvernement a lancé l'appel à projets « Prépa apprentissage ». L’objectif, créer un « sas » qui permette aux jeunes, et notamment les plus vulnérables, de mieux préparer leur entrée en apprentissage. Ce jeudi 21 janvier 2019, le ministère du Travail a annoncé l’ouverture des premières « prépa apprentissage » à partir du 1er mars. Le CCCA-BTP est l’un des lauréats de l’appel à projets. Il bénéficiera d’une subvention de près de 36M€.
Journée de la Femme : le BTP, toujours « a man’s world », mais…

Journée de la Femme : le BTP, toujours « a man’s world », mais…

Le bâtiment a décidément bien du mal à atteindre la parité, aussi bien en termes de salaires que de représentativité. Selon la Fédération française du bâtiment (FFB), seulement 12% des professionnels du secteur sont des femmes. Néanmoins, comme le chantait James Brown, le monde ne serait rien sans elles. Et par chance, le peu de femmes recrutées ces dernières années semble occuper un poste de cadre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter