La hausse du prix de l’énergie peut-elle compromettre la transition énergétique ? Vie des sociétés | 11.06.19

Partager sur :
Selon une enquête « Energie-Trendmonitor 2019 en France » pour le compte de Stiebel Eltron, les trois quarts des interrogés estiment nécessaire de baisser le prix de l’énergie pour que la transition énergétique soit possible. Alors que le Gouvernement a mis en place un certain nombre de mécanismes pour soutenir les travaux de rénovation, une même proportion de Français estiment que les aides sont « insuffisantes ». Précisions.

Le 1er juin 2019, les tarifs réglementés de l’électricité ont augmenté de près de 6%. Pour limiter l’impact de cette hausse sur le pouvoir d’achat des Français, le Gouvernement avait listé les mesures existantes pour soutenir les travaux de rénovation permettant de faire baisser les consommations, et donc les factures d’énergie :
 

Il soulignait également son intention de « réformer la régulation du marché de l’énergie, pour mieux protéger les consommateurs et les faire bénéficier sur le long terme de la stabilité des coûts du parc de production français historique ».
 

 

Si l’électricité est l’énergie ayant subi la hausse « la plus limitée en France » en France en 2018 (+ 14,7% pour les produits pétroliers, + 22,3% pour le fioul domestique et + 12% pour le gaz), il n’en demeure pas moins qu’elle représente en moyenne 960 € par ménage et par an. Selon une étude de l’Insee, « Depuis 1960, la dépense des ménages en électricité a progressé en valeur de 9% en moyenne par an, contre 7,3% pour l’ensemble de leur consommation ».
 

 

Ainsi, « au début des années 1960, l’énergie électrique représentait 24% des dépenses des ménages en énergie hors carburants en valeur ». En 2016, celle-ci représente 57% des dites-dépenses. « L’essor du parc de radiateurs électriques en France à partir de la fin des années 1970 explique cette progression. Ainsi, en 2016, le quart de la demande électrique résidentielle française concerne les besoins en chauffage ».  
 

 

Des aides encore « insuffisantes »

 


Une récente étude réalisée par « Energie-Trendmonitor 2019 en France » pour le compte de Stiebel Eltron sur un panel de 1 000 Français, révèle qu’ils sont nombreux à considérer les systèmes de chauffage et collectifs comme « une des clés pour la transformation énergétique du pays ». 70% des interrogés souhaitent d’ailleurs passer, dans leur habitation, à un système de chauffage plus respectueux de l’environnement.
 

 

 

« La technologie des pompes à chaleur, par exemple, utilise l’énergie de la terre, de l’eau ou de l’air pour la transformer en énergie de chauffage », souligne Amaury Journel, Président de Stiebel Eltron France. « Cette technologie ne nécessite pas de processus de combustion. Une pompe à chaleur alimentée à l’électricité verte n’émet donc pas de CO2 ».
 

 

Malgré leur volonté de se tourner vers des systèmes plus écologiques, les trois quarts des Français estiment que les aides de l’Etat, pour financer les travaux de rénovation énergétique dans leur maison, « sont insuffisantes ».
 

 

L’urgence est pourtant là. Les chiffres actuels d’Eurostat montrent que la France est en retard sur l’objectif qu’elle s’est fixée de produire 23% d’énergie renouvelable d’ici à 2020. « Aujourd’hui, la part du renouvelable est de 16,3 % de l’énergie consommée. Son retard de 6,7 % sur ses objectifs place actuellement la France à l’avant-dernière place des états membres de l’Union Européenne. »
 

 

Comment accélérer la transition énergétique ? Les trois quarts des sondés estiment « qu’il faut diminuer le prix de l’énergie ». « Selon notre enquête représentative de la population, les deux tiers des Français souhaitent une transition écologique plus rapide et efficace », explique M. Journel. « Pour que les ménages puissent contribuer à cette transition, il faut que les aides financières, pour basculer vers un système de chauffage écologique, soient plus simples et étendues. »

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français connaissent-ils les travaux d’éco-rénovation ? Quels sont ceux qu’ils privilégient ? Connaissent-ils les différentes aides ? Autant de questions posées par Franfinance et l'institut CSA à un échantillon de plus d’un millier de Français. Et les réponses sont parfois étonnantes : si 77% des Français privilégient le changement de fenêtres dans le cadre de travaux d’éco-rénovation, seuls 16% de la population connaît le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique). Les détails de l’enquête.
La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy et Julien Denormandie, ont révélé les contours du dispositif de prime à la conversion des chaudières. L’initiative qui répond à un double enjeu, écologique et économique, doit permettre le remplacement de 600 000 équipements fonctionnant au fioul d’ici deux ans.
La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.
Pénurie de main d’œuvre, avenir incertain pour le CITE… Les obstacles à la rénovation sont encore (trop) nombreux !

Pénurie de main d’œuvre, avenir incertain pour le CITE… Les obstacles à la rénovation sont encore (trop) nombreux !

Dans une tribune parue le 11 septembre dernier, Sylvain Bonnot, PDG de Myral, revient sur le lancement du dispositif FAIRE. S’il soutient l’initiative, il estime que les obstacles au plan de rénovation énergétique des logements sont encore nombreux. Il pointe notamment les difficultés de recrutement et le manque de visibilité quant au devenir du CITE. « Nous avons besoin de clarté », estime-t-il.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter