Fermer

Matériaux de construction : une année 2021 « chahutée », mais pas chaotique

Durant la crise sanitaire, la filière des matériaux de construction a su montrer sa capacité à réagir face aux tensions et assurer la chaîne d’approvisionnement. L’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem), qui a présenté son bilan de fin d'année ce mercredi 8 décembre, espère maintenant que les bons carnets de commandes des constructeurs permettront aux entreprises de maintenir leur activité en 2022.
Publié le 08 décembre 2021

Partager : 

Matériaux de construction : une année 2021 « chahutée », mais pas chaotique - Batiweb

Une année 2021 « chahutée » 

Pour Carole Deneuve, chef du service statistiques de l'Unicem, « 2021 a été une année chahutée après une année 2020 chaotique ». L'indicateur matériaux de l'Unicem confirme cette tendance. En effet, après un troisième trimestre en repli de -8,1 % sur un an, le mois d’octobre s'est redressé, avec +4,2 %, laissant le cumul sur dix mois des livraisons de matériaux à +11,5 % sur un an, soit +1,1 % au-dessus de 2019.

La production de granulats affiche quant à elle une hausse de +12,3 %, soit un niveau très légèrement en-dessous de celui de 2019 (-0,5 %) en cumul sur les dix mois de 2021. Quant au béton prêt à l’emploi (BPE), la production s’inscrit en hausse de +13,1 %, tutoyant là aussi les niveaux de 2019, avec un repli de seulement -0,4 %. D’après Alain Boisselon, président de l'Unicem, les résultats de l’année 2021 « montrent un retour aux niveaux d’activité de 2019 », et les professionnels anticipent une augmentation de +10 % à fin décembre 2021 par rapport à 2020, pour le BPE et les granulats. Un bond qui pourrait légèrement combler les creux de l’année 2020. 

Côté travaux publics, le rebond du premier semestre, lié à l’achèvement des chantiers en cours et/ou stockés pendant la période de confinement, marque un peu le pas. « Le niveau des carnets de commandes peine à se regarnir même si le redressement est à l’œuvre », note l’Unicem.

Les mises en chantier se stabilisent 

Les carnets de commandes dans le gros œuvre, quant à eux, affichent toujours des niveaux très élevés même si des difficultés d’approvisionnement et des pénuries de main d’œuvre affectent le bon déroulement des chantiers. Et compte tenu du rythme de hausse des permis de construire constaté en 2021, cette dynamique constructive « pourrait perdurer », notamment dans le logement individuel, précise Alain Boisselon. A contrario, dans le collectif, les freins structurels semblent, eux, brider la mise en place de nouveaux projets en dépit d’une forte demande immobilière exprimée par les ménages.

Dans ce contexte, le total des mises en chantier pourrait au final se stabiliser autour des niveaux constatés en 2021, alimentant un besoin en BPE proche des volumes livrés cette année. Pour le président de l’Unicem, certaines mesures de soutien, comme l’annonce de la prise en charge par l’État de l’exonération de la taxe foncière des bailleurs sociaux pourraitéveiller les ambitions des maires bâtisseurs « à supposer toutefois qu’elles puissent se concrétiser », a-t-il souligné. 

Optimisme et prudence 

Pour 2022 et en dehors des incertitudes liées au contexte sanitaire et à l’évolution des tensions d’approvisionnement et de leurs impacts, l'Unicem avertit qu’il faudra « rester prudents » mais parie toutefois sur une stabilité des volumes dans le béton et une hausse de 1 % pour les granulats par rapport à 2021, traduisant cette dynamique via « la montée en charge du plan de relance et le retour des projets des collectivités locales, avec l’amorce du nouveau cycle électoral », note-t-elle. 

Alain Boisselon, également directeur des granulats chez le cimentier Vicat, conclut : « Si on arrive à faire autant qu'en 2021, on sera satisfait ! » 

 

Marie Gérald

Photo de Une : ©AdobeStock

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.